Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, octobre 11, 2016

SALON REUSSI ET BIEN SUIVI

Attignat 2016, c'est terminé.

Merci à tous les auteur(e)s présent(e)s. Vous avez grandement contribué à la réussite de cette année, par votre disponibilité, vos sourires et la convivialité affichée dans vos échanges avec le public.

Merci aux très nombreux visiteurs (nous avons atteint les 2800 entrées), sans qui un Salon ne peut marcher.

Puissiez-vous être tous aussi nombreux l'année prochaine à notre SPÉCIAL "POLAR AU PAYS DU POULET" (avec ou sans jeu de mots, au choix de chacun!)

Les photos sont dans l'album 2016.

Cinquième Prix

Cinquième Prix

 Un chat bien encombrant.

                              De Madame Béatrice Duby

 

Et voilà que ces maudits miaulements reprenaient !

Martin, affalé sur une chaise de la cuisine, se tenait la tête entre les mains. Ce quinquagénaire, taillé comme une armoire à glace, ne supportait plus Roméo, le chat de sa femme.

Cette grosse boule de poils roux miaulait inlassablement derrière la porte-fenêtre de la cuisine. Il semblait narguer Martin de ses gros yeux jaunes.

Ces deux là ne s'aimaient pas !

Adélaïde, son épouse, tenait à ce que son chat mange à la cuisine.

Il se leva donc pour lui ouvrir la porte. Roméo le regarda d'un air arrogant et se dirigea avec nonchalance vers sa gamelle de croquettes.

Et le voilà à mâchouiller !

Surtout prends ton temps ! pensa Martin, agacé.

Comme à son habitude, une fois la dernière bouchée avalée, Roméo se glissa lestement sous l'armoire de la cuisine.

Et la même ritournelle reprenait... Martin élevait la voix, proférant des «pschitt, pschitt». Mais ce maudit chat se léchait les pattes, l'air satisfait.

Voyant arriver le balai, il se faufilait rapidement vers la porte-fenêtre ouverte. Et Martin la refermait violemment !

Puis le chat s'asseyait et fixait d'un œil narquois son maître. On aurait pu croire qu'il lui souriait !

Six mois que ce chat lui menait une vie impossible ! Toute l'affection de son épouse était dorénavant tournée vers Roméo. Il en convenait, il était jaloux... d'un animal !

Ne pouvant avoir d'enfant, Adélaïde avait insisté pour avoir un chat.

Le problème était qu'il n'aimait pas les animaux !

Mais ne pouvant rien lui refuser, ils avaient adopté un chat adulte à la SPA. Quelle erreur !

 

Adélaïde serait de retour dans dix minutes. Il se prépara mentalement à ne pas lui faire de scène.

Peine perdue ! A peine eut-elle le temps de poser sa veste qu'il partit dans un long laïus sur Roméo.

Elle soupira et, comble de l'horreur,  fit rentrer son chat ! Celui-ci s'installa tranquillement sur les genoux de sa maîtresse, ronronnant sous ses caresses.

Martin vit noir et monta le ton ! Il s'en suivit une longue série de reproches, de propos grossiers.

Adélaïde le trouvait puéril et le menaça même de divorce ! C'était bien la première fois !

Le match dura un bon quart d'heure ! Les deux parties en ressortirent exténuées !

Elle quitta la pièce en marmonnant. Après une journée au salon d'esthétique à écouter les confidences de ses clientes, elle rêvait de tranquillité. C'était sans compter sur son mari !

Au chômage depuis deux mois, Martin focalisait de plus en plus sur Roméo.

Vivement qu'il retourne à ses moellons ! Le repas se passa dans le silence. Penaud, Martin tenta bien une approche mais devant le regard noir de sa femme préféra s'abstenir.

Comme à chacune de leurs disputes, le repas terminé, elle se retira dans la chambre d'amis.

Encore une nuit à dormir d'un mauvais sommeil ! songea Martin. Tout çà, à cause d'un chat !

Le lendemain matin, le couple se retrouva devant un bol de café. La tension était retombée...

Il lui demanda sincèrement pardon et Adélaïde passa une fois de plus l'éponge.

Elle partit à son travail.

Martin lança un regard assassin à Roméo qui le regardait de ses gros yeux jaunes.

Depuis quelques jours, une idée avait germé dans son esprit...

Il devait se débarrasser de ce chat !

Et ce, dès aujourd'hui ! Il n'allait pas laisser cette touffe de poils mettre en péril son couple !

Son plan ne pouvait que fonctionner !

Il attrapa au vol un carton et se dirigea vers le chat, occupé à remblayer ses besoins.

Il en profita pour l'attraper par l'échine !

C'est ça ! Débats toi mon vieux !

Lorsque celui-ci se retrouva bien au chaud dans le carton ; il le ferma  avec du gros scotch de chantier.

Martin se trouvait plutôt sympa. Le carton était percé de trous pour que ce cher Roméo puisse respirer ! Il ne souhaitait pas sa mort... juste s'en débarrasser !

 

Assis au volant, il évitait de penser au chagrin qu'aurait sa femme. Oh ! Elle finirait bien par s'habituer !

 Il parcourut une centaine de kilomètres et se gara  à l'entrée d'un chemin forestier.

Vérifiant qu'il était seul, il sortit le carton du coffre ; prit une grande inspiration et libéra le chat.

Puis il remonta rapidement dans sa voiture et jeta un regard dans son rétro. Il aperçut un Roméo hagard.

Quelqu'un finirait bien par le trouver...

Il prit le chemin du retour, ne cessant de penser à l'attitude à adopter devant Adélaïde.

Surtout penser à respirer... prendre un air désolé...

11h30.

Son bœuf bourguignon mijotait lorsqu'il entendit la voiture de son épouse.

Adélaïde aimait retrouver son mari pour la pause déjeuner... et son chat !

Surtout ne rien laisser paraître !

Tout en l'embrassant, elle lui demanda s'il avait vu Roméo. Il répondit que non, qu'il devait sûrement chasser.

Le repas se passa dans une ambiance détendue. Quel bonheur ! Pas de chat à l'horizon ! Toute l'attention d'Adélaïde était à nouveau tournée vers lui.

Au moment de repartir à l'institut, elle lui demanda de s'inquiéter de Roméo en son absence. Ce qu'il lui promit avec un parfait aplomb !

Un après-midi sans les miaulements de ce chat !

Occupé à poncer une barrière pour leur escalier, le temps passa paisiblement.  Il l'avait fabriqué de ses propres mains. «En or, ses mains !» lui répétaient Adélaïde.

19h.

Sa femme se gara dans la cour.

Elle rejoignit Martin dans le garage et admira son travail tout en l'embrassant.

Mais à peine eut-elle plaquée ses lèvres sur la joue de son époux que la question fatidique arriva...

Avait-il vu Roméo ?

De son air le plus détaché, il lui répondit que non.

Adélaïde passa du sourire à une colère noire. L'accusant de ne pas s'en être soucier. Il semblait évident que Roméo s'était sauvé pour échapper à la tyrannie de son maître !

Il n'en menait pas large... du haut de son un mètre quatre-vingt, il ressemblait à un petit garçon pris en faute.

Il devait se ressaisir ! Choisir l'attaque !

Les griefs volèrent ! Chacun cherchant à affaiblir l'adversaire. Les outils finirent même par voler dans l'atelier !

Et c'était reparti ! Mais cette fois, Adélaïde remonta dans sa voiture et démarra en trombe.

Bon débarras, se dit-il !

Mais quelques minutes plus tard, sa colère retomba comme un soufflé. Pourvu qu'elle rentre...

 

20h30.

Adélaïde était de retour. Elle descendit de sa voiture le visage fermé. Traversant la cuisine, elle annonça à Martin qu'elle ne souperait pas ce soir et se dirigea vers la chambre d'amis.

Il n'en menait pas large ! Se raisonnant, il se persuada que c'était une affaire de quelques jours...

Quatre jours plus tard, la situation n'avait pas évolué. Elle devenait même inquiétante ! Adélaïde mangeait du bout des lèvres, ne prenant la parole que par nécessité.

Elle déprimait et le médecin lui avait même signé un arrêt de travail !

Comment résoudre le problème ? Il en venait à regretter leurs disputes quotidiennes...

Tout lui avouer ? Mon dieu, non ! Il voyait déjà les papiers du divorce s'étaler sur la table !

Prendre un autre chat... le comble du comble ! Certainement pas !

Au matin du cinquième jour, Adélaïde se leva le sourire aux lèvres. Triomphant, Martin se félicita d'avoir patienter.

Il déchanta très vite lorsqu'elle ouvrit la bouche ! Une idée lui était venue à l'esprit...

Prendre deux chatons !

Stupéfait, Il resta là, pantois, se demandant si c'était une mauvaise blague. Mais non, c'était on ne peut plus sérieux !

Tentant de garder son calme, il lui demanda l'intérêt d'en prendre deux.

La réponse était d'une grande simplicité. A deux, ils ne s'ennuieraient pas !

Martin rentra dans une colère noire !

Et c'était reparti pour un match entre les deux protagonistes ! Mais il finit par baisser les armes, étant un peu à l'origine de ce désastre !

Comble de l'horreur, il se vit promettre à Adélaïde de l'accompagner à la SPA pour choisir les chatons !

Il ne ferma pas l'œil de la nuit. Non, non et non ! Hors de question de prendre deux chatons !

Une petite lumière s'alluma dans son cerveau... retrouver le plus vite possible Roméo !

Ce n'était pas l'idéal mais toujours mieux que... deux chatons !

 Dès l'aube, il se leva rapidement. Un bon café et il partirait sur le champ à la recherche de ce maudit chat. Mon dieu, ce que Roméo finissait par lui manquer, pensa t-il avec ironie.

Adélaïde le rejoignit dans la cuisine. Assis face à face, ils prirent leur petit déjeuner dans un silence religieux.

Soudain,un miaulement se fit entendre !

Elle sauta de sa chaise et ouvrit la porte-fenêtre !

Roméo, crotté jusqu'au cou apparut dans l'embrasure ! Elle le prit dans ses bras, pleurant de joie.

Martin jubilait ! Du pain béni ce chat ! Il n'aurait pas à lui courir après !

Pour donner le change, il s'approcha de Roméo pour lui souhaiter la bienvenue...

Mais celui-ci le gratifia d'un joli coup de griffes sur la main ! Eh oui, ce chat avait une bonne mémoire ! Son retour promettait des journées mémorables, pensa Martin !

Il ne croyait pas si bien dire !  Personne ne l'avait encore remarqué. Mais une jolie chatte tigrée attendait en retrait d'être présentée... Roméo avait rencontré le grand amour !  

Quatrième Prix

Quatrième Prix

 

Amour, délices et…morgue

                                Madame Juliane Roussel

 

J’enclenche la cinquième vitesse et appuie sur l’accélérateur : je ne serai jamais à la maison avant midi ! Pourtant je m’étais juré d’arriver à l’heure. C’est que Madame ma Mère a le respect des convenances et se veut être une parfaite maîtresse de maison ! Ma nombreuse famille maternelle aime les repas pour nous regrouper. Nous avons toujours fêté ensemble Noël, le Nouvel An, la galette des Rois, toutes les fêtes typiques, quoi ! Moi, cette « tribu » me pèse parfois. Je n’ai ni l'envie ni le besoin d'être dans un véritable clan !  Je trouve qu’ils empiètent tous sur l’intimité de chacun d’entre nous. Je suis agacée par leurs visites à l'improviste, où on finit toujours par manger ensemble ! Je les aime bien, mais je fais la tête quand ils arrivent : ma mère en souffre, elle me trouve égoïste, pleine de morgue, « comme ton grand-père !» ajoute-t-elle

         Quelle circulation ! Je n’arrive pas à doubler ce poids lourd ! Je serai en retard ! J’appréhende le regard lourd de reproche que me lancera ma mère quand j’arriverai, quant à Grand-Mère, elle soupirera ironiquement : « Mieux vaut tard que jamais ! » Seul, grand-père ne dira rien et pour cause, il ne peut plus parler. Pauvre Papy ! Il a eu il y a trois ans un AVC, et il a perdu l’usage de la parole : c’est la mutité complète. C’est affligeant et révoltant de voir grand-père aussi pitoyable ! Autrefois, toute la famille le respectait et tremblait devant lui, sauf moi. J’adorais mon Papy Louis ! J’étais, je le reconnais, sa petite-fille préférée. J’ai du mal à retenir mes larmes en le voyant condamné au silence. Seul, son regard perçant et le geste agacé de ses mains, montrent qu’il comprend tout de même ce que nous disons.

Norbert, mon petit frère sera là, avec sa copine, et peut-être aussi Damien, notre aîné, avec ses enfants : leur présence rendra mon retard moins pénible ! 

J’espère que « la famille » n’a pas appris ma rupture avec Philippe, sans cela je n’ai pas fini d’entendre les « Je te l’avais bien dit que ce n’était pas un garçon sérieux ! » de tante Agathe, les « Ma pauvre petite fille ! » apitoyés de ma grand-mère et la rengaine maternelle : « Un couple ne fonctionne bien que grâce aux compromis réciproques ! »

 Leur affection m’étouffe parfois, en ce moment, elle me hérisse !  « Famille je vous hais ! » 

Enfin, j’arrive dans le jardin : le portail est ouvert, trois voitures sont déjà garées ! J’avance et gare mon auto à côté de celle de mes parents. Je monte en hâte : ils sont déjà tous dans la salle-à- manger : il est vrai qu’il est vingt heures quinze !

En arrivant sur le seuil, je m’arrête, saisie. Au milieu de la pièce, trône la grande table avec toute la famille autour ! Je pensais retrouver mes parents, mes grands-parents, mon frère et sa copine, mais ils sont tous là ! Même mes deux grand-tantes, Hélène et Agathe !

«Ah ! Te voilà, enfin ! fulmine ma mère

         Son ton hostile m’écorche les nerfs. Je refoule ma colère, et l’embrasse mécaniquement :

- « Nous avons appris que tu avais des ennuis sentimentaux, alors, nous sommes tous venus » déclare du haut de ses quatre-vingt-dix printemps, la grand- tante Hélène, une sœur de ma grand-mère.

Comment l’ont-ils su ? Je n’en avais parlé qu’à mon frère Damien. Je le lorgne d’un air soupçonneux, mais il fuit mon regard

- En famille, on est toujours là quand l’un d’entre nous a du chagrin ! » affirme tante Brigitte, la sœur de ma mère.

- Ma pauvre petite-fille ! gémit Grand-Mère en me serrant dans ses bras. Je respire toujours avec le même plaisir son parfum, un parfum qui n’appartient qu’à elle : poudre de riz, eau de lavande, un parfum frais et émouvant qui me rappelle mes souvenirs heureux d’enfant choyée.

Devant tous ces regards compatissants, je me cabre, blessée dans mon orgueil : ils ont l’air de croire que je suis une victime, une pauvre femme abandonnée, mais c’est faux ! Serrant les lèvres pour ne pas leur répondre vertement de se mêler de leurs affaires, je m’approche de Grand-père. Il relève la tête et ses yeux s’éclairent en me voyant. Je l’embrasse tendrement. Ses joues sont rêches. Mon cœur se gonfle : «Mon Papy ! » Quelle complicité entre nous, quel profond amour nous unissait. Je caresse ses doigts noueux. Il pose une main tremblante sur mon bras. Qui pourrait croire que ce vieillard taciturne était Louis Dupuis, ce chef d’entreprise craint et respecté de tous, un homme plein de morgue envers ses concurrents mais généreux envers les démunis, un pater familias qui décidait trop souvent seul, c’est vrai, pour toute la famille : personne, hormis moi, n’osait lui tenir tête. 

Enzo et Natacha, mes neveux, s’approchent de nous et m’embrassent gentiment, en me regardant d’un air apitoyé : c’est moi seule qui suis en butte à l’attention de toute ma famille, pour l’instant, mais ma mère intervient !

« Tu as vu le look de ta nièce ?»

Natacha porte une jupe courte sur un jean effiloché et ses cheveux aux reflets volets,   pendent en mèches et chignon désordonnés sur son front et ses épaules :

« Ben quoi ! C’est tendance ! marmonne l’adolescente en levant les épaules.

- Elle est franchement déguisée ! glousse tante Agathe en riant, et il faut qu’elle soit jolie pour supporter une telle coiffure !

- Tu pourrais soigner ta tenue quand tu viens en famille ! gronde ma mère.  Ça m’étonne que ton père tolère cela ! »

Le père en question lève les épaules d’un geste traduisant à la fois son impuissance et une sorte de fatalisme. Damien, divorcé, s’est vu confier la garde de ses deux enfants : on ne parle jamais lors des repas de famille de la « femme indigne qui a abandonné ses enfants !»

- L’habit ne fait pas le moine, et chacun son look ! » riposte le doux Enzo qui pour une fois a daigné baisser la capuche de son blouson.

-C’est aux parents de diriger le choix et les goûts de leurs enfants ! » clame d’un ton docte tante Hélène 

Là, j’interviens :

« C’est vrai que tu as l’expérience toi qui ne t’es jamais mariée et n’as jamais eu d’enfant !

         -Tu es une petite peste ! fulmine tante Hélène furieuse. Je commence à comprendre pourquoi ton fiancé t’a quittée !

C’est alors que du haut de ses quinze ans, Enzo lâche une phrase assassine :

-«Encore des reproches !  Avec vous, c'est toujours pareil ! Quand je pense que j’ai raté le match France/Argentine pour venir ici !  »

Des »Oh !» indignés fusent, mais l’entrée triomphale de Maman sauve la situation.

- Les moules farcies sont prêtes ! Mangez vite tant que c’est chaud !  propose –t-elle en posant la lourde cocotte de fonte sur la table.

-Woua ! On a bien fait de venir ! s’exclame grand-oncle Pierre, ravi.

- C’est son plat préféré ! ajoute Agathe sa femme.

- Alors, Enzo, tu regrettes toujours ton match ? demande tante Hélène moqueuse.

- Alors, là, non ! riposte mon neveu souriant, en tendant son assiette à sa grand-mère.

- En plus, de toute la famille, c’est toi qui réussis le mieux ce plat ! affirme Mamie Julie.

- Un ban pour la maîtresse de maison !», réclame le sémillant grand-oncle :

 Je savoure soudain le bonheur de partager avec tous les membres de ma famille, ce moment heureux. Cela se voit dans nos regards croisés, nos bouches souriantes, nos visages épanouis par une bonne rigolade générale, suite au talent d’imitateur d’Enzo. Ce repas est un bon moyen de resserrer les liens familiaux, c'est convivial, chaleureux, on peut partager plein de choses, et c'est un bon moyen d'être pour une fois tous ensemble et de s'apprécier mutuellement.

Malheureusement, une petite contrariété s’invite à table : voici que mon portable que j’ai oublié d’éteindre sonne : un braiement désespéré d’âne, égrené par mon appareil laisse place à un silence glacial. Je regarde vite le correspondant : ma meilleure copine. Tant pis ! J’éteins mon téléphone en les priant de m’excuser. 

         « Tu sais pourtant, déclare ma grand-mère, ce que nous pensons des portables et des ordinateurs ! Ils envahissent votre vie et vous isolent sans que vous vous en rendiez compte !

          - C’est vrai, renchérit ma mère, c’est pourquoi je tiens tant à tous vous réunir autour d’un bon repas, à la moindre occasion. C’est un lien familial et social de communication. »

         Dans cette grande tablée, il règne pour l’instant une ambiance joyeuse mais elle devient soudain houleuse quand innocemment j’évoque l’absence de la nouvelle compagne de mon frère. S’il y avait bien une chose à ne pas aborder, c’étaient les frasques de Norbert Le repas n’est pas un confessionnal, encore moins un lieu où déballer ses problèmes. Bien entendu à table, on s’efforce de ne jamais parler d'argent, d'amour ni de religion. Ce qui ne m’empêchera pas de discuter en tête-à-tête avec mon petit frère, après le repas. Pauvre Norbert ! Toujours en quête du grand amour, toujours déçu ! Je regarde mon petit frère chéri avec tendresse. Il comprend et m’adresse un grand sourire. Pour moi, je le reconnais, ces repas de famille c'est toujours la joie de me retrouver avec mes frères, de les taquiner, de partager leurs attentes, et aussi leurs peines, leurs inquiétudes, nos souvenirs.  L'amour fraternel est très fort chez nous.

Des cris de joie et d’admiration me sortent de ma rêverie : maman apporte une magnifique omelette norvégienne, faite maison, notre délice quand nous étions enfants. Tous la complimentent. Elle a l’air joyeux.

Mon père, toujours d’un calme olympien face à cette tribu, verse le champagne qui pétille dans les coupes levées vers lui.

Et en regardant ce clan infernal et joyeux réuni autour de la grande table, sans trop savoir pourquoi,  j’ai soudain envie de rire et de pleurer à la fois. Dans un monde de violence, de peur  et de haine, la tribu a ses charmes et les retrouvailles peuvent faire chaud au cœur.

Nous trinquons tous en effleurant les délicate coupes en cristal de Bohème. Nous nous apprêtons à boire, chacun portant un toast quand, malencontreusement Natacha et Enzo, en choquant trop fort leurs verres les brisent tous les deux.

Un silence pétrifié.  Puis, Madame ma mère se transforme en véritable furie, elle crie, traite ses petits enfants de débiles, d’irresponsables, les accuse de ne rien respecter, précise que ces verre étaient en pur cristal, qu’elle n‘en aurait bientôt plus, que.. .        

         Alors, mue par je ne sais quelle impulsion, je vide ma coupe et la balance derrière mon épaule, à la russe. Elle se brise en mille éclats dans un son cristallin qui se répercute à l’infini, me semble-t-il, suivi d’un lourd silence. 

 Soudain, une sorte de grincement enroué et rauque résonne. Nous nous   figeons tous, et nos regards convergent vers mon grand- père : il rit, il rit, et il parvient à bredouiller :

« C’est trop drôle ! Trop drôle !  Ah !ma petite fille : je te reconnais bien là ! Tu es une vraie Dupuis, toi !  » 

dimanche, octobre 09, 2016

TROISIEME PRIX DU SALON

Troisième Prix, du Sou des Ecoles

   remis par Monsieur Emmanuel PERRIN,

                           Président du Sou des Ecoles

 

L’immeuble de la discorde

         de Madame Cécile Prévôt

 

Dimanche - Rez-de-chaussée - 19 heures

Anthony était au bord des larmes. Justin ne niait pas. Il venait de l’accuser, un peu au hasard, d’avoir couché avec Loïc à la soirée de vendredi et il ne démentait pas. Oh, il avait bien vu Loïc draguer son ami mais il n’aurait jamais cru que les choses puissent avoir dépassé le simple stade du flirt.

  • C’est … c’est dégueulasse ! Tu m’as trompé !
  • Oh ! Stop ! On n’est pas mariés, je te signale !
  • Mais on est ensemble depuis six mois ! Tu m’as dit que tu m’aimais !
  • Oui, je te l’ai dit ! Mais on parle de sexe, là ! J’étais bourré, et j’en avais envie, c’est tout !
  • Comment ça, c’est tout ? Parce que tu imagines que c’est comme ça que je vois une relation amoureuse ? Mais qu’est-ce que tu dirais si j’allais voir ailleurs en soirée, moi ?
  • Franchement ? Ça te décoincerait un peu ! Mais regarde-toi avec ta spatule à la main et tes casseroles ! On a vingt ans, pas soixante !
  • C’est pour toi que je fais des spaghettis à la bolognaise ! Tu adores ça !
  • La cuisine, le ménage, repasser le linge … Mais j’en ai marre, moi, de ton côté bonne fifille ! Je me casse !

La porte claqua avec fureur, ébranlant les murs de leur petit studio. Anthony, le cœur brisé, se laissa tomber au sol, sa spatule toujours à la main, et pleura toutes les larmes de son corps.

 

 

Premier étage – 19 heures 15

Arnaud monta le son de la télévision à l’aide de la télécommande, pour couvrir les bruits qui lui parvenaient de l’étage en-dessous. Aussitôt, Claire sortit de la cuisine :

  • S’il te plait, Arnaud, baisse un peu. Si tu réveilles le bébé maintenant, tu sais que nous allons encore passer une nuit d’enfer !
  • Mais j’y peux rien, moi, si le petit couple d’en-dessous est encore en train de hurler !
  • Arrête de crier, s’il te plait.
  • Je ne peux pas écouter la télé, je ne peux pas parler, en fait, tout ce que je peux faire, c’est aller bosser et me taire quand je rentre, c’est ça ?
  • Mais arrête de beugler, tu vas réveiller Estéban !
  • Estéban ! Il n’y en plus que pour lui, de toute façon ! Je te parle de moi mais tu t’en fous ! Ce qui compte, ce sont les huit kilos de hurlements que tu appelles ton fils !
  • Tu réalises ce que tu es en train de dire ? Non, mais ça ne va pas bien dans ta tête de parler d’Estéban de cette façon ?
  • Ca fait des mois qu’on ne dort pas ! Des mois qu’on n’a pas passé une nuit ensemble, tous les deux, dans le même lit, et je ne te parle même pas de notre vie sexuelle !

Arnaud s’arrêta net de parler et regarda sa femme d’un air malheureux. Mais l’air furieux de Claire le poussa à continuer :

  • Si tu continues à tout centrer sur ton fils, non seulement il deviendra de plus en plus capricieux, mais en plus, je vais me tirer !

Des pleurs de bébé se firent entendre dans le salon. Les mains crispés et les regards furieux du couple persistèrent quelques secondes. Chacun resta sur sa position et Claire s’élança dans la chambre de son fils. Quand Arnaud entendit la voix redevenue douce de sa femme rassurer le bébé, il prit sa veste et ses clés et sortit de l’appartement.

 

 

Deuxième étage – 19h35

Lisa et Michel lisaient chacun un journal dans leur salon, confortablement installés dans leur grand canapé. La sérénité du moment était légèrement entachée par les hurlements qui leur provenaient de l’étage voisin. Michel remarqua avec un brin d’humour :

  • C’est marrant, hein ? Avant, je les trouvais sympas les voisins du dessous. Mais depuis la naissance de leur fils, beaucoup moins !
  • Ça t’amuse. Tout t’amuse toujours, toi. Mais franchement, je pense qu’ils devraient consulter un psy. Ce n’est pas normal que ce gamin hurle vingt-quatre sur vingt-quatre !
  • Un psy ! Mais non ! C’est un nouveau-né, c’est tout. Un petit bébé, ça pleure. Il n’a pas d’autre moyen d’exprimer sa faim, sa terreur ou son besoin de téter. Ca va passer, rassure-toi !
  • Ah, j’oubliais que monsieur est un expert !
  • Sans être un expert, j’ai eu trois enfants de mon précédent mariage. Alors d’accord, ça remonte à une vingtaine d’années, mais ce sont des choses qu’on n’oublie pas.
  • On ne risque pas de l’oublier, étant donné que c’est la raison invoquée aux trois coups de téléphone par semaine de ton ex-femme !
  • D’abord, j’ai divorcé de mon ex-femme, mais pas de mes enfants. Ensuite, je ne crois pas que tu peux comprendre tout ce qu’implique d’être parent sans l’avoir été toi-même.
  • Ah bon ?! Je ne suis qu’une moitié de femme, parce que je n’ai jamais voulu avoir d’enfants ? Et le harcèlement de ton ex n’est pas dû au fait qu’elle est à moitié barrée du cerveau et qu’elle n’a jamais bien su si elle était hétéro, homo ou bi ! Franchement, à chaque fois, elle se trouve une nouvelle amie ou un nouvel ami et ensuite, c’est le bureau des pleurs ici, chez moi ! J’en ai plus qu’assez !
  • Mais pourquoi tu t’énerves comme ça ? Je ne te reproche rien, j’ai toujours accepté tes choix. Et Sabine n’est pas très stable, je le reconnais, mais elle a toujours été une bonne mère.
  • Non mais je rêve ! Tu daignes accepter mes choix ? Encore heureux ! Et Sabine n’aurait aucun problème, si elle acceptait une bonne fois pour toute qu’elle est gay ! Vous êtes pareils tous les deux, englués dans votre moralité judéo-chrétienne !
  • Elle est gay ! Elle est gay ! C’est tout ce que tu trouves à dire ? Pour une femme qui passe ses journées à lire des magazines de psychologie, je te trouve que tu simplifies beaucoup ! Ton choix de ne pas avoir d’enfants, de quitter son boulot parce que, je cite, il n’était pas assez épanouissant, et ça, ce n’est pas de la facilité ? Tu te prends pour une intello, mais moi, j’appelle ça de la paresse !
  • Ah, c’est comme ça que tu me vois ? Eh bien, regarde-moi bien parce que c’est la dernière fois !

Lisa sortit comme une furie de l’appartement, en happant au passage sac à main et manteau, sans oublier de claquer violemment la porte derrière elle.

 

 

Troisième étage – 19h50

Roland et Madeleine étaient tous deux assoupis devant leur téléviseur. Ils avaient fini de dîner depuis plus d’une heure et la digestion les empêchaient souvent de voir les infos de France 2. Mais le vacarme du dessous les réveilla bien avant le jingle de David Pujadas. Roland tenta de régler son appareil auditif afin de comprendre les hurlements qui traversaient leur plancher, mais sans baisser le son de la télévision, ce qui rendit caduque sa tentative.

  • Cochonnerie d’appareil ! Ça valait bien la peine de payer aussi cher, tiens !
  • Calme-toi, Roland. Le docteur a dit que tu t’énervais trop pour ta tension.
  • Le docteur, il n’a qu’à me changer mes médicaments. Il en prend trop à son aise, celui-là. Avec lui, c’est nous qui devons manger ceci et pas cela, faire de l’exercice, mais quand il s’agit de donner un traitement, alors là, il n’y a plus personne. Si c’est ça la médecine moderne, ils n’ont pas intérêt à tomber malades, les jeunes !
  • Tu exagères toujours.
  • La dernière fois qu’on l’a appelé, tu te rappelles quand ça me comprimait le thorax ? Tu te souviens de son ordonnance ? Il m’a dit de respirer amplement et d’être un peu plus gai dans la vie ! C’est sérieux, ça, pour un médecin ?
  • Ah ben, c’est comme les voisins du dessous alors : ils criaient « elle est gaie, elle est gaie ! ».
  • C’est absurde ce que tu dis, Madeleine. Ils se disputaient, je l’ai bien entendu, même avec ce stupide appareil.
  • Mais moi j’entends très bien, monsieur, et je te dis qu’ils disaient, hurlaient même : « elle est gaie » !
  • Tu as mal compris, c’est tout ! Et puis, eux, ils n’étaient pas gais du tout !
  • Peut-être qu’ils aimeraient bien être gais, eux aussi ! Et rire un peu. Mais avec un type qui ronchonne la journée et qui ronfle la nuit, crois-moi, j’aimerais bien être sourde moi aussi !
  • Je ne suis pas sourd !!!
  • Si, tu es sourd ! Et tu n’es pas gai !
  • Ah, les femmes !

Vexé et à court d’arguments, Roland augmenta le son du téléviseur. Madeleine s’extirpa du canapé et clopina jusqu’à la cuisine, dont elle claqua la porte. Elle continua toute seule la conversation à mi-voix et se vengea du manque d’écoute de son époux en frottant ses casseroles.

 

Quatrième étage – sous les combles – 20h10

Dans son petit studio, Christelle finissait de remplir son profil Meetic. Trop de déceptions sentimentales l’avaient poussé à s’inscrire sur le site de rencontres. Là au moins, elle espérait filtrer les prétendants. Le bruit de la dispute de ses voisins du dessous lui parvint. Elle ajouta sur sa fiche : « pour une relation gaie et harmonieuse ».

DEUXIEME PRIX DU SALON

Deuxième Prix, du « Château de Salvert »

remis par Monsieur Walter Martin,

Maire d’Attignat, Conseiller Départemental

 

LE RECLUS

      de Madame Hélène PERRAUD-BOUSSOUARD

 

 Le Reclus, plus hameau que village puisqu'il ne possédait pas d'église mais n'était fier que d'une chapelle, ne présentait pas de « beauté » particulière. Accroché à la moraine d'un ancien glacier, pour être reclus, il l'était vraiment, en amont de la vallée descendant du col à la ville.

Cependant, pour qui voulait bien y faire un détour, le Reclus savait montrer son charme. Son caractère venait de ses habitants, bien plus que de ses maisons de pierres sombres. Deux familles y vivaient en bonne entente.

Les Bonnard, les anciens, en était l'épicentre. Paysans ne possédant que trois vaches, isolés en ce lieu depuis le siècle dernier, les deux frères et la sœur vivaient de façon autarcique. Les jeunes Bosolini, eux, avaient créé plus récemment leur élevage. On les disait baba cool, juste à cause de leur choix d'élever des chèvres. Mais cela importait peu ni à Tatie, l'aînée de la fratrie Bonnard, dont la timidité maladive provoquait le bégaiement, ni à Nanard, un peu soiffard, un peu poète, et encore moins à Toinou, gentil simplet au regard tantôt vide tantôt espiègle.

Tout ce petit monde avait fini par tisser des liens quasi familiaux. Après quelques années, le sérieux et le travail acharné du couple Bosolini permit l'installation du fils David, avec l'agrandissement du cheptel par une troupe de brebis. Fort physiquement comme moralement, il avait un caractère bien trempé, le David. Il ne fallait pas lui marcher sur les pieds.

Au fil du temps trois autres maisons furent restaurées par des gens de la ville qui venaient en vacances hiver comme été. Le hameau s'animait un peu plus alors, et les repas en commun de raclette et autre tartiflette, tout comme les parties de boules l'été, participaient à une belle harmonie villageoise. Puis, les années passant, le couple Ladou, professeurs de lycée passionnés de montagne, annonça son intention de vivre leurs retraites au Reclus. Deux habitants en plus, quelle joie !

 

Un an plus tard, juste le jour de la première neige, le poète au cœur d'or, l'ami Nanard mourut.

Un cancer de la gorge l'emporta, laissant la petite population du hameau orpheline.

Et puis Tatie et Toinou furent pris en charge par la tutelle administrative, internés « pour leur bien » dans une maison de vieux en ville. Cette prise en charge fut brève. Ils disparurent l’un après l’autre dans la même année. Ils ne coûtèrent pas cher à la collectivité.

Et depuis, l'harmonie au Reclus ne fut plus la même. Le hameau avait perdu bien plus que trois habitants, son âme.

Un soir de juillet, le temps était à l'orage. La tension électrique était dans l'air, chacun sur les nerfs, l'invective au bord des lèvres.

– Oh, Aline, Aline, tes chèvres ont brouté mes fleurs ! Viens voir un peu ! Tes chèvres ont saccagé mes fleurs !

La voisine criait sur le pas de la porte d'entrée.

– Bonsoir, Francine, excuse-nous. Je suis désolée, je finis mon boulot et j'arrive, répondit la fermière du fond du corridor.

– Oui, mais je te jure, déjà hier elles les ont piétinées. On dirait que David fait exprès de passer lentement devant chez nous quand il les rentre !

– Oh ça, ça m'étonnerait, qu'est-ce que tu vas chercher ! Ne t'inquiète pas, on va réparer ça… répondit-elle avec un large sourire.

Elle enleva sa blouse blanche de fromagère et traversa rejoindre son garçon qui avait commencé la traite. Le ronronnement de la machine à traire l'obligea à parler haut pour relater la rouspétance de Francine.

– Ouais… pas grave, c'est que des fleurs…

– Mais, enfin fais attention, tu sais bien qu'il faut respecter…

– Ah merde ! Respecter ! Depuis qu'ils sont là, faudrait tout changer !

– David, écoute, elle pense que tu fais exprès…

– Et quoi encore ! (Il avait crié.) Les chèvres passent là depuis plus de vingt ans, pourquoi elle plante ses fleurs là, juste au bord ? Son jardin est assez grand, non ?

– Bon écoute, calme-toi. Je vais arranger ça, mais dorénavant, on ne passera plus devant chez eux, on fera le tour, c'est pas la peine de faire des histoires.

David répondit en bougonnant mais elle fit celle qui n'avait pas entendu. Elle n'eut pas le temps de mettre le nez dehors que l'orage éclata, avec la violence des grandes colères. La mère regarda par l'ouverture le rideau de grosses perles de pluie, serrées et agressives. Un éclair violet zébra la vallée avec un déchirement assourdissant.

Elle est pas tombée loin, celle-là !

Les gouttes se transformèrent en grêlons qui rebondissaient sur le sol de la cour. La paysanne dut fermer la porte pour s'en protéger.

Ah, ben, cette fois, les fleurs, on n'en parle plus !

 

Plus tard, à la fin d'août, les Bosolini invitèrent tout le monde à déguster un méchoui, que David tourna lentement au-dessus de la braise.

La nuit tombait sur les restes des agapes. On dégustait des petits verres de « blanche » et ça chauffait le gosier et les esprits. La discussion portait sur l'écologie, propos devenus incontournables en bonne société.

– Les agriculteurs ne sont pas si respectueux de la nature, asséna Ladou plein d'assurance.

– Tu ne peux pas dire ça en général, on ne peut pas dire qu'on n'est pas bio, même si on n'a pas le label. On utilise pâturages et alpages…

– Oui… OK, mais regarde comme ton troupeau de brebis ravine la montagne à force de passer… c'est pas anodin.

– Eh oui, intervint Martin Bosolini, pour les protéger du loup on est obligé de les redescendre chaque soir dans le parc de nuit, et elles passent toujours au même endroit… pas le choix.

 

– Ah, le loup ! Le loup, il a bon dos ! On connait le discours des paysans de vouloir tous les exterminer, mais il vaudrait mieux réfléchir à votre façon de travailler. Et puis vous avez trop de bêtes !

David s'était dressé face à Paul Ladou, regard fixe et poings serrés.

– C'est sûr qu'avec deux belles retraites de profs c'est facile de juger le travail des autres ! lâcha-t’il de sa voix profonde.

Les voisins des deux autres maisons n'apprécièrent pas la tournure de la conversation.

– Oh, on peut pas parler d'autre chose ! Allez Martin, sors la guitare, fais-nous ton flamenco, allez…

David regarda son père et sa mère et partit sans un mot.

« La guitare, la guitare, la guitare ! »

Au rythme des battements de mains, Aline Bosolini s'affairait à remporter plats et vaisselles jusqu'à la cuisine.

Quand elle retourna à la veillée, le couple Ladou était parti sans au revoir ni merci.

Aline en fut peinée, non par ce manque de politesse, mais parce qu'elle sentait avec nostalgie que le meilleur était passé.

L'hiver recouvrit le petit monde de Reclus sous son épais manteau de neige suspendant le temps. Et dès le printemps, la marche des jours reprit sa vive allure à l'instar du torrent bondissant sous le pont de bois. L'espace blanc fit place au pâturage verdoyant. La famille Bosolini étudiait un nouveau projet. La bergerie devenue trop étroite pour le troupeau méritait un agrandissement.

Et là s'installa la discorde. Les Ladou, vent debout contre toute nouvelle construction, tentèrent toutes les démarches auprès des administrations pour bloquer l'autorisation de bâtir. Mais ils échouèrent. C'était compter sans leur ténacité. Un recours fut obtenu, asservi d'un arrêt du chantier. Catastrophe pour les éleveurs soucieux d'abriter leur troupeau pour l'hiver à venir. David ne décolérait pas.

 

Une altercation assez violente eut lieu un jeudi de juin à la tombée du jour avec Francine Ladou estimant que le passage de l'épandeur à fumier laissait trop d'odeurs caractéristiques de la campagne. Le ton était monté, plus que jamais.

Le lendemain matin à l'aube, le jeune David chargé de son sac à dos monta les brebis à l'alpage. Sa mère le regardait monter, une main en visière sur le front plissé tant par l'éblouissement des premiers rayons du soleil que par l'inquiétude. Mauvais pressentiment.

Sa respiration se bloqua. Le Paul Ladou à grandes enjambées avalait le dénivelé en direction du troupeau. Sûr qu'il allait chercher noises à David.

Et la voilà qui grimpait à son tour avec fébrilité. Elle accéléra le pas pour passer au-dessus de la falaise. Il lui restait cent mètres, ils en étaient venus aux mains. Elle cria mais le son s'éteignit dans sa gorge privée d'air.

– Arrêtez, arrêtez, vous êtes fous ! David ! NON !

Elle arrivait sur eux, se jetant dans la bataille pour les séparer. Elle prit un poing non identifié sur la tempe, et vacilla. Mais elle se reprit vite et voulut bloquer le Paul Ladou qui avait prit son élan pour un nouvel assaut. Le choc la fit voler, sa main droite se rattrapa à un arbrisseau dont les épines s'enfoncèrent dans sa paume.

Ses pieds rencontrèrent le vide. Sa stupeur passée, elle évalua la situation. Elle était perdue. Les mains qu'on lui tendait au-dessus de sa tête étaient inaccessibles. Elle lâcherait le plant d'épine vinette bien avant l'arrivée de secours éventuels, pour une chute de cinquante mètres. Elle était perdue. Et cette constatation contre tout attente l'apaisa. Comme étouffées par un filtre de coton, les voix lui parvenaient. Elle reconnut celle de son fils.

– Maman !

Et l'émotion submergea la mère.

Vous l'aurez sûrement compris, la mère c'était moi, Aline Bosolini. Et ma vie se terminait là, dans ces montagnes que j'avais tant aimées. Je levai doucement les yeux et vit deux têtes horrifiées et deux bras vainement tendus. Un peu plus loin, trois brebis curieuses me scrutaient en mâchonnant. Tellement fatiguée, j'avais souvent voulu en finir juste pour trouver le repos mais j'étais loin d'imaginer que cela viendrait de cette façon-là.

Un craquement déchirant, une secousse. L'épine vinette s'arrachait de son rocher.

– Maman !

C'était la fin.

– Maman ! Maman !

– …

– Maman, Maman, on a gagné ! Réveille-toi On a gagné !

– David ? Mais…

– Réveille-toi, on a gagné ! Le tribunal les a déboutés ! On va boire un coup avec Maître Berlovitch ! Tu viens ?

J'étais sur le siège passager de la voiture garée le long du boulevard. Ne voulant pas entrer au tribunal, anxieuse du verdict, je m'étais endormie. Et j'avais du mal à rejoindre la réalité.

Et bien, allons boire un coup, soupirai-je en refermant le véhicule.

Mais peut-être bien que je suis au paradis…

GRAND PRIX DU SALON DU LIVRE 2016

Grand Prix du Salon 2016

décerné par Madame Clotilde Fournier, représentant Monsieur le Président du Conseil Départemental de l’Ain

 

Alternative

      de Monsieur Eric Gohier

 

La vie ressemble aux périphériques ceinturant les villes. Elle délimite zones de contrainte et espaces de liberté. À cette différence près que l'existence offre peu d'occasions de revenir sur ses pas !

Chaque intersection offre un choix, propose une option. Et chacun pense, au moment de s'engager, que son choix est le bon et l'option la meilleure.

 

Et puis... la vie suit son cours. Peut-on l'en blâmer ? Elle ne sait rien faire d'autre… Sinon drainer parfois au grand étal des pensées sans mérite, son lot de désenchantements, de regrets et de peines.

Vient alors le temps des remords, des rancœurs, des si j'avais su. Les événements se réorchestrent cent fois dans les têtes. Ils se parent d'avenirs plus soyeux, de présents plus chatoyants.

Commence alors le douloureux décompte de nos actes manqués !

Mais la nostalgie n'est qu'un baume inapte à panser les plaies ouvertes. Et l'on reste des jours, des semaines, parfois des vies entières, à ruminer de vieilles rancœurs saupoudrées d'amertume, à s'en vouloir d'être passé si près de devenirs prometteurs.

 On se mortifie, on se lamente en silence… mais rien n'y fait. La vie roule, coule ou roucoule mais ne regarde jamais en arrière. C'est un fleuve qui court pour retrouver la mer sans s'illusionner qu'un jour le tumulte de ses eaux retrouve le calme de leur source. Alors, on s'accommode, on s'atrophie ou on s'adapte.

Qui saurait composer autrement ?

 Éva avait eu le temps de penser à tout ça en montant, tremblante d'émotion, les cinq étages menant à son appartement. L'ascenseur était une nouvelle fois en panne.

Serrées dans sa main, trois lettres bruissaient à chacun de ses pas, malmenées qu'elles étaient au joug de l'émotion.

Sur l'une d'entre elles, elle avait reconnu l'écriture de Luc.

Dix ans après, elle avait lu dans le délié des lettres, l'atrophie des e et la pompeuse majesté des majuscules, la calligraphie de celui qu'elle s'était révélée incapable d'oublier.

Le passé lui était revenu au visage, plus fort et plus rapide que les coups que lui assenait trop souvent l'autre sale abruti.

L'option la moins propice. Le mauvais choix !

Mais d'un incommensurable mauvais ! À se demander si c'était lui qui avait bien su mener sa barque ou elle qui s'était montrée incroyablement plus stupide que la moyenne pour ne pas voir qu'il la menait en bateau.

Un peu des deux sans doute.

 Marc avait l'air plus mûr. Et mûr, ça il l'était. Complètement ! Au sens trivial du mot. Et blond quand Luc était brun. Et grand alors que Luc était juste une mesure au-dessus de petit. Et bien bâti lorsque Luc était plutôt frêle.

Et elle – quelle gourde ! – qui avait pris ça pour des qualités ! Négligé que Luc soit sentimental, empressé, attentionné et romantique au point qu'elle avait jugé cela ridicule. Estimé que l'amour ne se conquiert pas une fleur à la main.

Elle avait donc fait le choix d'épouser Marc. Mais très vite il s'était avéré que lui privilégiait la Rome antique. Maître et esclave, tyrannie et servitude, coups de ceinturon et bouche à taire sous peine de couche supplémentaire, de nouvelle pluie d'horions avec pour seul parapluie une paire de lunettes noires manière de taire les intempéries à l'œil sagace des voisins.

Une chance encore qu'ils n'aient pas eu d'enfant ! Même si c'était peut-être ça qui l'avait rendu méchant et acariâtre.

Dans le doute il est pourtant préférable qu'il n'y ait qu'un seul soumis par barbare, ça limite la casse.

 Partir ? Elle y avait songé. Mais pour aller où ? Et quoi y faire ? Et puis, où qu'elle se soit enfuie, il l'aurait retrouvée ! Terrible perspective !

 Éva songea un instant à dissimuler la lettre. N'importe où. Au plus près de son corps tiens ! Cela faisait un long moment qu'il n'y aventurait plus ses sales pattes.

Aucun regret à ce sujet !

Mais non, il fallait jouer franc le jeu. Mentir, elle n'avait pas appris. Et l'autre animal, là, derrière la porte, savait lire sur son visage tout ce qu'elle essayait d'y taire. Les rares mensonges qu'elle avait osés jusque-là, elle les avait payés par des bleus et soignés à l'arnica.

 Lorsqu'elle pénétra à l'intérieur de l'appartement, elle sentit à son regard hargneux qu'elle avait fait le bon choix. Sans prononcer un mot, si d'aventure un gentil s'était égaré au bord des lèvres, il lui arracha le courrier de sa grosse main velue dont elle avait perdu la mémoire des caresses. Mais qu'elle préférait, et de loin, décorées d'un verre ou d'une canette tandis qu'il s'abrutissait devant la télévision.

Parce que bien entendu elle était la seule à travailler !

Il tiqua sans faire de commentaire en découvrant la lettre adressée au seul nom de sa femme. Délaissant les deux autres, il l'ouvrit maladroitement avec des gestes brusques et empressés… un peu à l'image de sa façon d'aimer.

 Du temps qu'il prenait connaissance du contenu de la lettre, Éva s'occupa à des riens en le surveillant du coin de l'œil. Suivant ce que Luc avait glissé dans sa lettre, son matricule risquait d'en prendre pour son grade.

Elle tenait déjà ses bras prêts à parer les coups.

Elle fut toute étonnée lorsqu'il jeta la lettre sur la table de la cuisine en éructant d'un ton rogue : Tiens ! C'est de ton ancien fiancé ! Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne t'a pas gardée dans son cœur ! C'était pas la peine de gaspiller du papier pour écrire ça ! Mais ça lui ressemble bien à cette petite lopette !

 Sans donner l'impression de se précipiter, Éva s'approcha de la table, vérifia d'un coup d'œil qu'il ne la surveillait pas et s'empara de la lettre. Après l'avoir lue, relue, puis lue une troisième fois, elle ne put s'empêcher d'écraser une larme.

Elle entendit aussitôt éclater dans son dos le rire sardonique de Marc.

– Tu t'attendais à quoi ? Une demande en mariage ? rugit-il en se frappant la cuisse du plat de la main.

Elle ne se retourna pas, elle ne voulait pas lui offrir le plaisir de sa joue embrumée.

– Tout compte fait, j'aurais peut-être préféré, l'assassina-t-il. Ça m'aurait bien débarrassé !

Il retourna s'asseoir au fond du canapé après un bref détour par le réfrigérateur.

 Éva posa la lettre sur le buffet puis s'employa au repas. Elle guettait Marc du coin de l'œil, pas sûre qu'il prenne si bien le fait que Luc lui écrive. Par expérience, cette sagesse souvent acquise par la contrainte, elle sut patienter pour lire à nouveau la lettre jusqu'à ce que Marc se soit assoupi au fond du canapé.

    

Enfin de retour ! Tant d'années loin d'ici où je n'ai cessé de penser

au charme des  saisons, à l'animation des villes, mais  pas  une seconde

à toi, à cette immense et terrible  douleur dont j'ai souffert par ta faute

mais qui, tant mieux, est définitivement guérie, à jamais abolie.

 

La vie a été tendre avec moi, m'a malgré tout souri. Fortune faite,

je reviens d'Afrique  pour un court laps de temps  dans cette maison où,

comme promis, je viens chercher mes racines, ma jeunesse, retrouver

les lieux où j'ai grandi, joué, aimé. Revoir une dernière fois cette ville,

celle que j'ai toujours aimée malgré la distance qui m'en séparait.

La vie sous les tropiques manque cruellement d'animation.

 

Je ne sais pas  trop ce que tu deviens. Pour être vraiment honnête,

je m'en moque complètement, tu dois t'en douter. Mes parents, eux seuls,

c'est l'unique chose vers laquelle sont allées toutes mes pensées.

Ils sont hélas décédés et plus rien désormais ne m'attache en ces lieux.

 

J'ai appris par des voisins ton mariage avec Marc ; une page

est vraiment tournée. J'ai  presque  vendu  la  maison familiale, il me

reste à écrire, nanti de ma  plus  belle plume et sans calculer le passé,

aux services municipaux afin d'obtenir le nécessaire relevé cadastral.

 

Bientôt, le 6 juin pour être précis, j'irai à Bourg-en-Bresse où

aura lieu la fête la plus joyeuse, la plus somptueuse de l'année.

Avant de partir à jamais, j'attendrai, jusqu'au petit matin s'il le faut,

que la fête se termine. Sans absolument regretter qu'il soit impossible

que  tu  viennes  me  rejoindre comme  tu  aimais  à le  faire  autrefois.

Chenille, chevaux de bois, manèges, autos tamponneuses seront au

rendez-vous comme d'habitude à la sortie est de la ville.

 

Te souviens-tu de ce spectacle marrant où ce type criait à la fin :

Argent, amour, voiture ? J'ai tout ça désormais, on peut maintenant rêver !

Je l'ai revu  à Lyon il n'y a pas très longtemps avec  une  nouvelle troupe.

Vivement qu'arrive ce 6 juin, il me tarde de partir. En attendant,

salue ton mari de ma part, Je ne vous reverrai pas. J'ignore s'il rêve encore

de quitter la région ?   Je pense à toutes ces belles choses qu'il me reste à vivre !

        Amicales pensées.   

        Luc

 

Lorsqu'il s'éveilla, le 7 juin au matin, Marc fut surpris que le café ne lui vienne pas au lit après s'être déjà donné la peine d'aboyer trois fois pour qu'Éva le lui amène. Il se leva en pestant. La main le démangeait.

 Au même instant, dans la voiture qui l'enlevait pour une direction inconnue, Éva regardait Luc de profil. Il n'avait pour ainsi dire pas changé. De rares cheveux blanchis aux tempes, le teint tanné par le soleil, un air déterminé sur son visage ennobli par l'âge. C'est tout.

En plaçant sa main sur la sienne posée sur le levier de vitesses, elle ne put s'empêcher de penser à Marc et à sa réflexion concernant Luc le jour où la lettre était arrivée : Pauvre type ! Il lui manquera toujours une case sur deux !

 

Elle ne chercha pas à réprimer le sourire qui vint fleurir à ses lèvres. Il n'était pas passé loin dans son jugement. Il ignorait que lorsque Luc et elle s'écrivaient, avant que la vie ne les sépare, ils utilisaient un code pour conserver vis-à-vis de leurs parents une certaine neutralité dans leurs échanges épistolaires.

 Luc s'en était souvenu. Elle aussi ! Avait découvert dans sa lettre tout ce qu'elle n'aurait jamais espéré y trouver mais qui pourtant s'y dissimulait… écrit une ligne sur deux.

  

samedi, octobre 08, 2016

Tout le monde peut venir au Salon... sans peur et sans reproche !

Birds7.png

Concours de Nouvelles

Les jurés ont donné leur verdict.

Les 5 auteurs arrivés en tête du classement ont été avertis et ont envoyé leurs textes par mail.

Le livret est prêt, les prix à remettre aussi.

Rendez-vous pour la remise Dimanche vers 11 h 30 environ.

Merci aux 23 auteurs qui ont envoyé un texte.

L'an prochain, le Salon étant orienté Polar et Thriller, le Concours de Nouvelles sera bien évidemment axé de même.

A vos plumes pour nous envoyer une bonne nouvelle policière bien noire...

La nouvelle gagnante sera en ligne ici dès dimanche midi...

mercredi, octobre 05, 2016

LES AMIS DU SOUGEY

Les Amis du Sougey seront au Salon du Livre du 9 octobre à Attignat.
Seront présentés à la vente ce jour-là les deux volumes couleurs du roman du spectacle (130 pages chacun sur papier 110 grammes sous couverture rigide). Un de format A3 à l'italienne (ou paysage), et un de format A4 normal. Le texte et les photos sont les mêmes, mais de plus belle taille sur le A3.
Les premiers arrivés seront les premiers servis ...! Pour les autres, commande sera prise, avec livraison dans les dix jours suivants.

DSC_8806-mini.JPG

DSC_8805-mini.JPG

 

mardi, octobre 04, 2016

Et pas que...

Birds2.png