Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, septembre 24, 2017

ATTIGNAT - J - 14

Patrick Liaudet

photo-patrick-accueil.jpg

Patrick LIAUDET est né à Aix-les-Bains (Savoie) où il réside. Romancier, poète et musicien, il se consacre à l’écriture depuis de nombreuses années. Auteur de chansons pour le groupe Mélodie dans les années 80, il fut aussi correspondant de presse (Progrès de Lyon) et commentateur sportif (athlétisme, football, natation…)
En 2001 il publie son premier roman « Un infime espace d’éternité » (Extra Bleu Ciel). Encouragé par de nombreux lecteurs et des professionnels comme Jean Bertolino, (grand reporter à TF1 et écrivain), il donne vie en 2004 à un deuxième ouvrage, « Le dernier cri du loup » (Thot) où il met en scène une famille d’immigrés italiens venus s’établir en Savoie.
Puis, las de faire le siège des grands éditeurs parisiens, il décide de devenir son propre éditeur et, en 2007, sous le nom des Editions du Sierre, sort son 3ème roman : « Le côté ensoleillé de la rue » (Prix du printemps du livre Savoie 2009), roman qui entraîne le lecteur à Genève et ailleurs sur les pas d’Alex Moser, un pianiste de jazz toujours à contre-courant de la vie.
En 2009, il nous offre un recueil de 12 nouvelles, « Discrètes solitudes » (Sierre), préfacé par Jean Bertolino. Un 5ème roman « L’ombre sur le lac » (Sierre) est publié en 2010 (et réédité en 2011 et 2015) une histoire bâtie à partir d’un fait historique : le « crash » d’un avion allemand dans le lac du Bourget en mars 1944. Cet ouvrage a été finaliste du Writing Movies International Contest en 2013 (21 pays représentés).
Fin 2012 il sort un nouveau roman « Survivre à la nuit », un vrai thriller écrit à partir de faits réels. Il s’agit de l’histoire d’une jeune femme dont la vie va basculer à la suite d’une mauvaise rencontre. Mais dotée d’une volonté farouche, elle réussira à sortir de cette longue nuit.
Publication en juillet 2014 : « Les voleurs d’étoiles » un recueil de 30 poèmes consacrés au sport, aux gens et aux pays.
En octobre 2015, nouveau roman avec « Le fils de personne » tiré d’une histoire vraie qui se passe en Allemagne et en Savoie de 1939 à nos jours.
Au printemps 2017 « Le sorcier aux mains d’or », une sorte de « polar philatélique » inspiré par la vie d’un faussaire mondialement reconnu.

Ombre sur le lac
30 mars 1944 : juste quelques mois avant la fin de la guerre, un Focke-Wulf 58 de la Luftwaffe s'abîme dans le lac du Bourget, en Savoie... De ce fait authentique va naître une histoire où l'avion disparu attire toutes les convoitises, mettant aux prises les pêcheurs du village voisin, les soldats allemands, ainsi qu'une poignée de résistants. Le plus grand lac naturel de France et les espaces sauvages du marais de Chautagne servent de cadre à ce récit où vont se croiser les chemins d'Edith et de Simon.

Liaudet-ombre-sur-le-lac.jpg

Survivre à la nuit
Nina avait des rêves mais à dix-sept ans elle croise celui qu'elle n'aurait jamais dû rencontrer. C'est alors le début d'une nuit de deux ans, une descente vers l'enfer émaillée de peurs, de doutes et d'espoirs fugaces. Cependant, depuis l'enfance, sous ses airs de poupée fragile, Nina dissimule une force incroyable et, dans les situations difficiles, applique les préceptes inculqués par un grand-père qui lui a appris à ne jamais se résigner. Animée par une volonté farouche de survivre, elle va faire face au danger, aidée par de bonnes personnes que le destin mettra sur sa route. Ce roman, librement inspiré de faits réels, se lit comme un thriller.

51GKVnJgedL.jpg

Le dernier cri du loup
La montagne et la forêt sont l'univers des
Pavesi, famille d'immigrés italiens arrivés dans un village de Savoie pendant la seconde guerre mondiale. Le travail et l'intégrité, piliers de cette structure familiale, ont permis à chacun de s'intégrer et d'être appréciés des villageois. Seul le fils, Silvio, devient petit à petit un étranger pour ses proches et vient troubler la quiétude de la communauté. "Incompris entre tous, le loup hante les immensités glacées de la mémoire humaine. Sa légende, empreinte de peurs ancestrales et voilées, de mystères entretenus, le fait surgir de l'ombre en prédateur cruel. Souvent rejeté par la meute, il est condamné à l'errance entre les plaines enneigées et forêts hostiles où, quêtant sa proie, il met en exergue sa qualité suprême : la patience. Silvio Pavesi avait sans doute capté tous les instincts du loup..."

9782952862301FS.gif

le-fils-de-personne-patrick-liaudet.png

capture-d2019e0301cran-2017-05-13-a0300-12.14.49.png

 

SERVANT Annie

ob_1cb198_annie-servant-salon-vignette.jpg

Angliciste de formation, Annie Servant a travaillé neuf ans dans le transport aérien, puis, après un break « maternel » d’une douzaine d’années, a enseigné seize ans en école élémentaire. Å la retraite depuis 2005, elle a eu davantage de loisir pour se consacrer à l’écriture, un rêve longtemps « caressé » et non réalisé auparavant, faute de temps disponible.
Le Dauphiné, ce pays où elle réside depuis 2003, tient une grande place dans ses romans.
Son premier livre a été publié en 2009. Depuis, de nombreuses autres parutions ont vu le jour.
Née le jour d’Halloween – ce qui explique peut-être son « affection » pour les sorcières – elle écrit des contes ou des petits romans « style club des cinq » pour les enfants, des nouvelles pour les ados et des romans policiers pour les adultes.

« Si le Bréda m’était conté »
Le Bréda, torrent sauvage qui prend sa source aux Sept Laux, dans le massif de Belledonne, façonne une vallée dominée par de hauts alpages. Dans ce pays se côtoient les Jeanne, Augustin, Guilhem, Pierran et autres personnages, héros des contes imaginés ou inspirés par les légendes locales.

ob_c887f3_si-le-breda-m-etait-conte.jpg

« Trois petits contes et puis s’en vont »
Il était une fois. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Et entre ces deux séries de mots, un monde imaginaire, peuplé de fées, de dragons, de sorcières, de méchantes marâtres, de belles princesses et de. et de. Pour faire court, de gentils et de méchants. Un peu comme dans la vraie vie. Sauf que dans la vraie vie, les marâtres sont gentilles, les princesses et les princes pas toujours beaux ni sympathiques, les fées toujours. Ah oui, bien sûr ! Les fées, les sorcières, les dragons, tout ça n'existe pas ! Ça n'existe pas ? Vraiment ?

Trois-petits-contes-et-puis-s-en-vont-.jpg

« Dix bouteilles debout sur un mur »
Dix bouteilles, pas une de plus. Dix bouteilles, et chaque bouteille est une arme, une arme utilisée pour commettre un meurtre. Crimes passionnels, gratuits, en série ? Y a-t-il un lien entre toutes ces victimes ? Et s'il existe, quel est-il ? C'est ce que le capitaine Constant tente désespérément de comprendre.

Dix-bouteilles-debout-sur-un-mur.jpg

 

SUBIRANA Julie

julie-subirana-presente-son-ouvrage-photo-laurence-ponsonnet-1479278308.jpg

Julie Subirana a toujours aimé lire des romans policiers. Passionnée d’ethno-botanique, elle a écrit « Les enfants indigo – Une enquête au cœur du pouvoir des plantes », qu’on pourrait définir comme un thriller végétal, édité par Les Passionnés de bouquins.
Aujourd’hui médecin, elle affirme : « J’aime mener l’enquête sur la personne comme peut le faire un détective qui cherche des indices. » Pour parfaire ses connaissances en botanique et phytothérapie, elle a suivi les cours de l’École lyonnaise de plantes médicinales. « Si les plantes ont démontré leur efficacité pour certaines pathologies, elles peuvent avoir des effets indésirables et des contre-indications qu’il faut absolument connaître », précise-t-elle.
Lors de la préparation de sa thèse, elle s’est trouvée confrontée à des mouvements alternatifs suspects, qui sévissaient sur les forums sur Internet. « Ils étaient dirigés par des personnes dangereusement charismatiques, et cela m’a donné l’idée de placer ces pratiques sectaires au centre de mon histoire. »
Le lecteur y découvrira la piste des plantes hallucinogènes, qui le mènera de Lyon aux forêts d’Auvergne. « Le pouvoir des plantes me fascine », conclut l’auteure. (Le Progrès)

« Les enfants indigo »
Claire et Marie, deux amies d'enfance décident de partir en week-end afin de se ressourcer. Au programme : initiation à la méditation et à la découverte des plantes dépuratives en Auvergne, au sein du Centre Temenos. Ce n'est que deux jours plus tard que Claire, sans nouvelles de Marie commence à s'inquiéter. Pourquoi le Centre affirme-t-il que Marie est bien rentrée à Lyon ? Quels sont les vrais agissements de ce Centre ? Pourquoi une telle fascination pour le pouvoir des plantes ? A travers ce " thriller végétal ", l'enquête, richement agrémentée sur le pouvoir de certaines plantes, mènera le lecteur des forêts d'Auvergne aux célèbres souterrains lyonnais.( arêtes de poisson )

 

51rtK+lxoBL._SX195_.jpg

 

« L’odeur de la peur »
Une odeur peut-elle manipuler celui qui la sent ? Modifier nos comportements, provoquer l’amour, la répulsion, la douleur, la peur… sans que nous en soyons conscients ?
Samuel, responsable de la surveillance vidéo dans un grand magasin lyonnais, est un homme sans histoires. Une vie solitaire et monotone. Du moins, c’est ce qu’il croit…
Jusqu’à ce qu’une femme vienne s’immoler sous ses yeux dans une cabine d’essayage, après avoir exécuté un étrange rituel à l'aide de parfums.
Jusqu’à ce que son monde bien réglé bascule dans le chaos.
Pour comprendre, il devra remonter la piste des odeurs et celle de son passé, de Lyon à l’Amérique du Sud.

 

TRIBAUDEAU Philippe

 

17503.jpg

 

Né en novembre 1970 dans l’Yonne, Philippe TRIBAUDEAU vit depuis 1990 en région Dijonnaise. Après des études d’informatique à Dijon, il travaille sur Saint-Apollinaire (21) en tant que chef de projet informatique.
Tout a commencé avec ses enfants. Comme tout bon papa, il leur inventait des histoires le soir (et même en journée). Puis il a eu l’idée de faire vivre ses personnages par le dessin, qui a toujours été une vraie passion. En 2012, il sort son premier livre pour enfants. Depuis il en produit régulièrement et toujours dans le même univers très coloré et peuplé de lutins, de fées, d’ogres, de dragons, de lapins et de porcs épics aux mines facétieuses…
Une amie spécialisée dans l’édition pour enfants l’aide à adapter ses textes. Hormis ce coup de main, il fait tout lui-même : histoires, dessins sur papier, encre de chine, les scans, l’enrichissement en couleur, ombres et dégradés sur l’ordinateur, et les couvertures de ses livres.
Le plaisir de captiver les enfants avec des histoires vaut bien quelques longues soirées devant la table à dessins…

« Trois petits lutins »
Dans une forêt magique, ogres, fées, monstres vilains et autres animaux sympathiques, partagent les aventures incroyables de trois petits lutins aussi discrets que gourmands.
Une boîte à musique qui fait pousser des pommiers, un bébé éléphant guéri par des fleurs magiques, des loups qui ont peur des arbres qui parlent ou encore un ogre qui défend des moutons...
Quatre histoires illustrées à partager avec vos enfants pour leur plus grand bonheur.

les-3-lutins-de-la-foret-recueil-1.jpg.png

les-3-lutins-de-la-foret-recueil-2.jpg.png

les-3-lutins-de-la-foret-recueil-3.jpg

« La fée bleue »
Tila, petite fille courageuse et aventurière, se lance sur les traces d'une fée mystérieuse, qui la mènera à un fabuleux trésor.
Mais ce qu'elle va découvrir sera bien plus merveilleux qu'un simple coffre volé par des pirates...
Une histoire mêlant magie et créatures étranges, que vous aurez le plaisir de partager avec vos enfants.

la-fee-bleue-tome-1-les-origines.jpg.png

la-fee-bleue-tome-2.jpg.png

la-fee-bleue-tome-3.jpg.png

 

ATTIGNAT - J - 15

MOIROUX Roger

Roger Moiroud a créé il y a huit ans le personnage du Commissaire Féra. À Aix-les-Bains, où il est installé, Philibert Féra mène des enquêtes afin de confondre les auteurs de crimes qui se produisent dans la région. On découvre avec lui les paysages de la Savoie, ses villes, ses villages, sa population, et ses recettes culinaires et ses vins, car Féra est un commissaire gastronome.

« Double assassinat en Savoie »
Parti pour une paisible randonnée à la Dent du Chat, un couple d’Aix-les-Bains ne donne plus signe de vie. Un mystérieux « Comité Jusice en Savoie » semble impliqué dans cette inquiétante disparition.
C’est le début d’une enquête à rebondissements pour le commissaire Féra et ses adjoints ; enquête qui sera marquée par un double assassinat.
Il faudra à Féra beaucoup de ténacité et d’intuition pour trouver la bonne piste et identifier l’assassin.
Dans ce dixième opus des enquêtes du commissaire Féra, Roger Moiroud nous invite à (re)découvrir les paysages de la Savoie : le lac du Bourget, la Dent du Chat, et bien d’autres lieux enchanteurs.
Féra apprécie toujours les spécialités locales, les vins de Savoie, mais il n’est pas insensible, non plus, aux whiskies écossais…

COUV_double_assassinat_en_Savoie_validation_auteur_page_001.png

« Meurtre à la une »
Pour Philibert Féra, le célèbre commissaire de police d'Aix-les-Bains, cette affaire va se révéler l'une des plus éprouvantes de sa carrière. Ernest Leblanc, rédacteur en chef de l'agence du Dauphiné libéré d'Aix-les-Bains, est retrouvé assassiné. La victime est le patron direct de Claudia Bertoli, l'amie intime de Féra. La journaliste fait désormais partie des suspects... une situation qui va rendre l'enquête particulièrement compliquée à gérer.
Féra devra fouiller les moindres recoins de la vie de Leblanc : de ses affaires privées à ses enquêtes journalistiques, le scandale n'est pas loin.

Meutres-a-la-une.jpg

Autres enquêtes du commissaire Féra :

Le cri du client – Editions d’Organisation, Paris, 1993.
Crime à Saint-Inn - Editions Thot, Grenoble, septembre 2007.
Le Revard comme linceul - Editions Thot, Grenoble, septembre 2008
Mort sur le golf - Editions Thot, Grenoble, septembre 2009
Cadavres aixois - Editions Thot, Grenoble, septembre 2010

Cadavres22.jpg


L’étrange affaire de Technolac - Editions Thot, Grenoble, septembre 2011

516QXBsPGVL._SS500_.jpg


Arsenic et Nuits Romantiques – Editions Sirius, Paris, mars 2012
Le pendu du jardin vagabond – Editions Thot, Grenoble, avril 2013, prix « Plume de cœur »

Le-pendu-du-jardin-vagabond.jpg


Meurtre à la Une – Editions Thot, Grenoble, juin 2014
Peur dans la ville- Editions Thot, Grenoble, octobre 2015

Peur-dans-la-ville.jpg


Mort tragique aux Nuits Romantiques (réédition) Editions Thot, Grenoble, à paraître en juin 2016)

 mort-tragique.jpg

 

PELOSATO Alain

photo-1500926825.jpg

Né le 19 décembre 1946. Lorrain d'origine.
Etudes à l'Institut National des Sciences Appliquées.
Habite la vaillante petite ville rhodanienne de Givors,
bien connue pour ses habitants qui savent faire comme ils veulent.
Maire-adjoint de 1983 à 2001, conseiller municipal – 2001-2002
Conseiller municipal opposition à partir de 2013
Président du syndicat d'adduction d'eau jusqu'en 2001.
Directeur puis président de l'association pour la défense de la nature
et la lutte contre les pollutions de la vallée du Rhône (1973-2002)
Membre fondateur du Mouvement national de lutte pour l'environnement
Président du conseil scientifique du MNLE (1995-2002)
Militant pour l'environnement depuis belle lurette.
Passionné de littérature et cinéma fantastique
Responsable des éditions Naturellement (1994 – 2003)
Directeur de l’environnement et manageur de risques dans une collectivité locale (1995-2007)
Gérant de sfm éditions
Directeur et rédacteur en chef de science fiction magazine

Bibliographie (extrait)
Fantastique et science fiction, réel, cinéma, littérature - Exploration – Edilivre 2015
Stargate : le guide – CeateSpace 2016 (Egalement en Kindle)
X-files le guide – CreateSpace 2016 (Egalement en Kindle)
Stargate et X-files : le guide (édition revue et corrigée) – Edilivre 2016
Cinéma fantastique et de SF Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique (1985-2015) sfm éditions 2016
Terreur végétale – sfm éditions - 2016
The Strain – sfm éditions - 2016
Fandom 2 – (avec Pierre Dagon et Robert Neville) – sfm éditions 2016

"Lovecraft à Espérance" par Pierre Dagon (2003)
“L’Alchimiste” par Pierre Dagon (2004)
"Les Âges sombres" par Pierre Dagon (2005)
Jean Calmet (Les Vampires et Lovecraft) – Edilivre 2011 (Recueil de 6 romans)
Yuggoth et Titan (Pierre Dagon) – sfm éditions 2016

« Fandom 2 »
13 ans après la publication du pamphlet "Fandom" devenu un best-seller avec 60 000 lecteurs (toujours disponible en papier, ebook et lecture gratuite), Alain Pelosato récidive avec ses deux alter ego et publie ce "Fandom 2," dans lequel ces trois écrivains débattent de l'inspiration littéraire, de l'édition, de la SF et de la nouvelle écriture de la mythologie de Lovecraft a la lumière des théories scientifiques modernes comme la mécanique quantique et la relativité. Avec une interview de Lovecraft lui-même ( ), d'une étude sur les adaptations de cet auteur au cinéma et de son utilisation de la Nature dans ses écrits, de manière a alimenter le débat. Avec un index très complet.

agesSombres.jpg

HistoireCine.jpg

natur077-1999.jpg

Pelosato-Alain-Le-Cinema-Fantastique-Livre-368128630_L.jpg

SG1couv2.jpg

terribles.jpg

VorsCouvGrande.jpg

 

PLATARETS Martine

14333217_10208270411697127_599822839783807189_n 3.jpg

Martine Perez Platarets, née en 1958, vit dans le Vaucluse. Après avoir écrit de nombreuses nouvelles mises de côtés et quelques poésies, il y a cinq ans, suivis de deux romans l’envie de prendre un nouveau virage vers le polar a été le plus fort.


« Le silence de Kate » est un roman polar qui se passe entre l’Italie et l’Isle-sur-la-Sorgue dans le Vaucluse.

couverture le silence de Kate 001.jpg

« Une vie mise à nu » polar psychologique sur la descente en enfer d’une jeune fille et ce malgré elle, dans le monde de la prostitution. L’auteur a récolté de nombreux témoignages à ce sujet.

couverture Une vie mise à nu 001.jpg

« Au-delà de la vie » avec les enquêtes du commissaire de police Victor Perez est un policier avec des photos insérées pour bien situer les lieux importants...

17105360_748210195343261_1512075405_n.jpg

et le petit dernier

«Les enquêtes du commissaire Victor Perez – Rattrapée par le passé » est la suite avec de nouveaux indices et victimes, de « Au-delà de la vie ».

 

Couverture NOUVELLE 001.jpg

 

« Une jeune vie mise à nu » (2017)
Croyant avoir trouvé l'homme idéal, Lisbeth 16 ans s'enfuit de son domicile familial où son père la bat. Elle va se retrouver dans le monde de la prostitution malgré elle, et sa descente en enfer va être terrible. Va-t-elle s'en sortir ?

« Au-delà de la vie » (2017 – polar)
Charlène, jeune femme de vingt-neuf ans se réveille à l’hôpital à la suite d’un accident. Amnésique, elle ne sait ce qui lui est arrivé. Elle ne reconnaît personne.
Son frère policier dans la scientifique à Chalon sur Saône va mener son enquête en collaboration avec Paul Legrand, commandant de la gendarmerie de Saint-Jorioz (proche d'Annecy) et Victor Pérez, commissaire de police à Chalon sur Saône.
Ce trio va faire de terribles découvertes qui vont les conduire vers des faits troublants sortis d’un livre écrit par Charlène elle-même.
L’intrigue se passe entre ces trois villes. Que vont-ils découvrir ?
Charlène va-t-elle recouvrer la mémoire

« Le silence de Kate »
Étudiante, Kate va chaque été avec ses parents et sa soeur aînée dans la maison de vacances de Portofino en Italie. Là, la jeune fille tombe amoureuse d'Éros, le fils de leurs proches voisins. Pourtant, l'incompréhension autant que le hasard va lentement les éloigner. L'année suivante elle décide de rester dans la demeure familiale de l'Isle-sur-la-Sorgue. Esseulée, loin de ses proches, à la suite d'une rencontre imprévisible, Kate devient la proie d'un diabolique prédateur. Va-t-elle pouvoir faire face au dangereux et malsain personnage ? Au bout de la tragédie retrouvera-t-elle Éros, l'amour de toute sa vie ?

« La quête de Jade »
Jade est une jeune trentenaire, vivant dans le nord et qui, bien qu'entourée d'une famille aimante et d'amis fidèles, a vécu des amours compliquées et traumatisantes. Après une brève visite chez son amie d'enfance en Avignon, Jade décide de tourner une page de sa vie. Elle quitte sa région, son travail, son compagnon et s'installe en Avignon, ville mystérieuse, qui l'attire inexorablement. Ce roman raconte sa quête d'un sens à cette troublante attirance. Entre amour, amitié, trahison et énigme, elle finira par trouver son essentiel. C'est une évidence, une rencontre va changer sa destinée.

« Souviens-moi »
Ce recueil est composé de nouvelles qui relatent des moments de vie d'une femme, de son enfance au départ d'un être cher.
Empreint d'événements poignants, de rêves, de joies, de regrets parfois, d'espoir toujours, chaque récit, par ses mots est comme un chemin de vie pour celui qui se laisse porter par la lecture et qui, doucement, avance sur son propre chemin. Une seule évidence ! vivre, vivre pleinement le moment présent.

« Le rêve de Théo »
Théo rêve de musique. Ses parents hélas sont pauvres et ne peuvent lui offrir des cours. Il va faire une découverte et rencontrer de nouveaux amis, qui vont lui permettre de concrétiser son rêve.

« L’ours de Coline »
Premier livre à colorier, illustré par Marion Palméro. Une petite fille nommée Coline, va faire une rencontre dans un magasin de jouets : un ours en peluche. Une nouvelle vie va commencer pour Coline et ce nouvel ami.
Ce livre est accessible aux enfants dyslexiques.

 

ROBJAK

150517 robjak (1).JPG

Né en 1955, marié et père de quatre enfants (1980, 1984, 1984 et 1993), Robjak (Robert Jacques) a effectué différents métiers : employé sur une chaîne de montage puis au contrôle de climatiseurs, manutentionnaire dans une fabrique pharmaceutique, auxiliaire de service en pédiatrie à l'hôpital durant ses études, il a tout d'abord exercé le métier de péager d'autoroute, puis technicien des Télécom avant d'être employé dans une banque. De toutes ces périodes, Robjak a conservé une forte curiosité, un grand respect, un dévouement et une écoute pour ses semblables.
De formation scientifique, Robjak s'est tourné vers l'écriture après l'âge de quarante ans. Ce n'est pas, en réalité, une révélation tardive. Bien au contraire, dès l'adolescence, il écrivait déjà des poèmes, des nouvelles qui servaient de scenarii à ses jeux d'enfance. D'une imagination débordante, Robjak proposait à ses amis d'alors des rôles de chevaliers servants, de gangsters, de docteurs, d'aventurières. Il privilégiait les dialogues brefs et l'action, au détriment du décor et des longues tirades. Cette préférence se retrouve encore dans certains de ses romans. Robjak n'a pu satisfaire son envie d'écrire et d'être publié qu'après s'être installé dans une villa pour laquelle il a consacré énormément de temps à la réalisation des aménagements extérieurs et à la transformation de parties intérieures. Édité en un premier temps sous son nom (Robert Jacques), Robjak a adopté son pseudonyme en 2005 pour la sortie de son cinquième roman, pour pallier à la difficulté des Internautes de le trouver sur le Web (trop d'homonymes écrivains, sportifs, curés ou autres)
Robjak est curieux de tout : les avancées sur la recherche humaine, le clonage végétal, animal et humain, l'évolution des technologies, les grandes catastrophes naturelles.
Robjak aime parler de ses romans lors des différents salons littéraires auxquels il participe dans la région rhône-alpine. Il participe volontiers à des présentations de son œuvre, raconte son difficile parcours pour être édité à compte d'éditeur, après un début autoédité puis des éditions à compte d'auteur. Toutes ces différences dans le monde de l'édition, Robjak les connaît bien et les explique parfois à de jeunes auteurs à la recherche d'éditeur.

Biblio

Lieutenant GRANGE : Le Père Claude 2017 policier
La découverte du corps d'une joggeuse disparue vingt ans plus tôt permet au capitaine Albert de rouvrir le dossier Martinet. Mais pourquoi l'officier s'acharne-t-il sur le Père Claude, qu'il présente comme le principal suspect ? C'est ce que va tenter d'élucider le lieutenant Grange, qui revient dans son pays natal sous couvert de passer des vacances auprès de ses parents. Son enquête officieuse lui amènera bien des surprises

Lieutenant-Grange.jpg

Adieu tiroir ! 2017 nouvelles
Paris. Fin d'après midi. Sale journée pour Malik qui n'a qu'une envie : rentrer chez lui et oublier. Dans le métro, une jeune femme lui sourit. Juste un sourire et son coeur s'emballe. Quatre stations pour la convaincre d'aller boire un verre et envisager que "les journées de merde peuvent durer moins de vingt quatre heures". Comptes à rebours est l'histoire subjective d'une rencontre ordinaire, d'un amour intense, d'une ascension et d'une chute. Une histoire pour public averti que les auteurs ont décidé d'écrire en deux versions. Celle d'Émilie et celle de Malik. La face et le pile de leur histoire. Sans concession. Deux personnages, deux auteurs, deux styles. Onze chapitres écrits à quatre mains qui posent juste une question : "Quel est le prix à payer pour aimer ?" Voici la réponse de Malik.

Adieu-tiroir.jpg

Mission à Val Infini 2016 comédie, humour
Lorsque Thierry Philipp se retrouve, malgré lui, détaché auprès des pensionnaires de la maison de retraite Val Infini, il est bien loin d'imaginer combien il va révolutionner leur destin. Ce jeune informaticien n'a rien en commun avec ces survivants de l'ère du téléphone fixe et du télégramme. Pourtant il doit agir pour leur survie... Des situations cocasses et inattendues font de ce roman une comédie délirante, au dénouement imprévisible.

mission-a-val-infini.jpg

Un amour mortel 2015 drame sentimental
Quand Roger Jacquot rencontre pour la première fois Sarah Duneauf dans un TER, il est bien loin d'imaginer combien sa vie va changer. Le regard de l'usagère du train dégage une immense joie de vivre et une grande douceur. L'homme tombe immédiatement sous le charme de cette voyageuse, son regard l'obsède. Mais ce qu'il prend pour de la sympathie de la part de cette femme s'avère n'être qu'un intérêt superficiel, un moyen de passer le temps durant les trajets urbains. Pour exorciser son chagrin, Roger décide d'écrire un roman relatant son expérience malheureuse et sa déception. Mais les événements le plongeront ensuite dans une situation proche du dénouement qu'il avait imaginé pour clore sa mésaventure amoureuse. Robjak abandonne ici les coups d'œil à l'Actualité, qui lui sont si chers dans ses autres romans. Le drame sentimental qu'il relate est intemporel et donne à son texte la fraîcheur d'un récit indémodable. Il met en avant les problèmes de couple ou de famille, rencontrés par un grand nombre de personnes. Il décrit aussi les rapports ambigus qui peuvent exister entre les usagers des transports en commun. "Un amour mortel" est un hymne poignant à l'amour et à la reconnaissance.

51DOlZdQ-9L._SX348_BO1,204,203,200_.jpg

La revanche de Duplik 2012 suspense
Pourquoi peu après le décès de son père Gilles, Lex Duplik semble-t-il comblé ? Qui se cache réellement derrière les traits souriants de ce savant désormais riche, d'une grande beauté physique et adulé par les femmes ? Découvrez l'incroyable aventure que va vivre cet homme avec Carole Lunion, la plus proche amie de son père !

La-revanche-de-duplik.jpg

Hold-up 2010 policier
Ils sont partout. Ils ordonnent, exigent, prennent et punissent. Ils sont un ou plusieurs, personne ne les connaît. Ils ont décidé de piller une des plus grandes banques. Ils ont contraint d'honnêtes gens à participer à un hold-up audacieux, sans précédent, de jour et en plein cour de Paris. Un homme seul va cependant faire échouer cette tentative, mais a-t-il vraiment eu raison ?

Hold-up.jpg

Le livre défendu 2009 Humour, comédie satirique
Carole, qui es-tu ? 2013 suspense
H5N1, le virus envahisseur 2006 catastrophe
Périls 2005 catastrophe

 

SAINT THOMAS Krystine

61bWf7xgAnL._UX250_.jpg

Krystine Saint Thomas est née à Lyon le 21 octobre 1958 mais a adopté Villeurbanne où elle habite depuis 35 ans. Elle est mère de deux grands garçons qui naviguent dans le milieu informatique et vient de bifurquer dans un virage à 180° en intégrant une grande entreprise française après avoir passé de nombreuses années dans un cabinet privé.
Amoureuse de la langue de Shakespeare, elle aime participer à des sessions anglophones organisées par un club auquel elle appartient et regarde assidument de nombreuses séries américaines ou anglaises en version originale. Elle espère ainsi améliorer son niveau et ne pas trop perdre des bases acquises durant son séjour sur le sol de nos voisins britanniques dans les années 80. Son plus grand regret est de n’avoir pas réussi à devenir interprète comme elle l’envisageait alors qu’adolescente elle cherchait sa voie.
Inspirée par son père, elle fut plongée enfant dans l’univers de la bande dessinée en compagnie de « Gaston Lagaffe » ou « Spirou », et découvrit très tôt la lecture grâce à la Bibliothèque Rose avec « Alice », « Fantômette », « le Club des Cinq » ou « Michel ». La mère de Krystine eut bien du mal à suivre les appétits de la fillette car dévoreuse et sans cesse affamée de lecture, celle-ci ne cessait de lui réclamer toujours plus de livres !
La collection Safari Signe de Piste lui offrit des horizons nouveaux où elle s’évada avec délice pour oublier les tracas quotidiens. « Le Survivant » fut son tout premier roman de science-fiction qui la conduisit bien plus tard au « Monde des Ā » de Van Vogt. Un véritable choc pour elle ! Au-delà du style de l’auteur et de l’histoire (très) complexe, ce monument permit à Krystine de bâtir les fondations de ses futurs écrits puisqu’elle s’est « spécialisée » dans la SF et l’anticipation. L’Héroïc Fantasy fut sa seconde révélation alors qu’elle tentait de lire Tolkien (sans vraiment y parvenir, d’ailleurs).
Plus tard, elle s’intéressa aux grands classiques et parcourut Hugo, Saint Exupéry, Malraux ou Soljenitsyne.
Aujourd’hui, ses auteurs de prédilection sont Robin Hobb, Franck Tallis, Mary Higgins Clark, Harlan Coben, Jean-Christophe Grangé, Guillaume Musso ou encore Daniel Pennac dont la verve ne cesse de l’impressionner.
On pourrait dire qu’elle est « tombée dans l’écriture » quand elle était petite puisque ses premières lignes virent le jour en classes de primaire où elle adorait lire en public le résultat de ses compositions. Pétillante et moqueuse, elle divertissait ainsi ses camarades avec un plaisir grandissant.
Depuis, cabossée par les aléas de l’existence, l’écriture est devenue pour elle une thérapie bienfaisante qui l’aide à surmonter tous les obstacles que la vie s’est évertuée à dresser devant elle. C’est à la fois son épée et son armure ! Pour elle, l’écriture n’est pas seulement un exutoire. C’est un catalyseur d’émotions, un traducteur de sentiments.
Et même si cette (presque) sexagénaire a gardé de ses combats des blessures profondes, elle a su préserver son enthousiasme et son ouverture aux autres intacts.
Après avoir approché le monde (très fermé) des maisons d’éditions, Krystine opta un temps pour l’autoédition. Rien de facile dans cet exercice mais il en faut plus pour faire reculer cette survivante, d’autant que le profit n’est pas son élément moteur… seulement le plaisir !
Aujourd’hui éditée par Encre Rouge, elle n’a de cesse de parcourir les salons littéraires pour promouvoir son goût de l’écriture et partager ses vagabondages fantastiques dans les méandres de son imagination.

« La métamorphose du moineau »
Shenkaro est un bâtard conçu dans la violence par le redoutable guerrier Elénide Chagan.
Devenu adolescent, il décide de retrouver celle qui l’a abandonné à sa naissance. Mais dans le royaume de Guérencé, la guerre gronde.
Emporté par le fleuve furieux des combats, Shenkaro est plongé bien malgré lui dans une lutte sans merci. Le traître qui œuvre dans l’ombre pour renverser le roi et assouvir la vengeance de toute une vie n’avait pas prévu que cet enfant, ce moineau tombé du nid, lui tiendrait tête.
Gorik, le Magial, Vélaïa la reine tourmentée ou encore Loussa la jeune guerrière tellnide au tempérament de feu verront-ils la victoire à ses côtés ? Shenkaro, au terme d’une longue quête, trouvera-t-il enfin les réponses à ses questions ?
Pourra-t-il accepter de retourner parmi les siens et redevenir enfin ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être ? Un Elénide.

51GxxZsUUPL.jpg

51EVBuHVCyL.jpg

51btUNwKF-L.jpg

41zXPCN3c5L._SX328_BO1,204,203,200_.jpg

 

Henri WEIGEL

HENRI-2.jpg

Henri Weigel est né en Algérie en 1947 dans un milieu familial multiculturel et très équilibré. Sa famille s'installe dans le Jura en 1954, puis dans les Alpes-Maritimes quatre ans plus tard. Son père est alors fonctionnaire des Ponts & Chaussées et sa mère, épouse au foyer. Les trois enfants du couple sont très proches les uns des autres. Henri Weigel fait des études techniques de construction mécanique/bureau d'études (Lycée Les Eucalyptus à Nice puis Jules Ferry à Cannes). Pour son entrée dans la vie active, il monte à Paris en 1965 où il travaille cinq ans au bureau du plan de la Direction des Télécommunications de Paris en même temps qu'il suit des cours de mathématiques au conservatoire des Arts & Métiers. Sa vraie carrière débute lorsqu'il obtient un poste d'ingénieur dans une entreprise de fabrication d'outillages de coupe. À partir de 1974, il dirige différentes entreprises industrielles. Son implication est d'abord très technique, puis commerciale et enfin financière.
Il a toujours eu des goûts très éclectiques pour ses lectures (Châteaubriant, Maupassant, Daudet, Pagnol, Kessel, Bazin, Agatha Christie, Troyat, Lartéguy, etc.). Cependant Henri Weigel s'interdit de subir une quelconque influence d'autre auteur dans son processus d'écriture, considérant l'influence comme l'antichambre de la dérive plagiaire ayant déjà dans sa vie professionnelle souffert des imitateurs et autre copieurs. Cela dit, s'il y a un auteur dont il se sent proche, alors il (ou plus exactement "elle") a pour nom Patricia Highsmith.
Avec un goût prononcé pour la vraisemblance, il jure qu'il n'introduira jamais de surnaturel dans ses récits et intrigues. Tout ce qui se passe dans ses histoires peut arriver ou est arrivé, car il utilise souvent du "vu" ou du "vécu" se basant sur la grande complexité et étendue de la réalité qui offre tant d'inexplicable, qu'il n'est pas à son avis besoin d'aller vers l'utopie et le chimérique. "La comédie humaine est malheureusement si riche." Comme le disait l'un de ses professeurs de français, monsieur Godet, qui débutait toujours ses cours par la lecture de quelques pages de Marcel Aymé : "Avant d'ouvrir un livre, ouvrez vos yeux et regardez autour de vous." De la même manière il situe la plupart de ses récits dans des périodes antérieures à 1980 pour éviter qu'ils soient "pollués" par tout ce que sont les nouvelles technologies ; il place l'humain en leur centre.
Il a déjà publié trois romans aux éditions du Net, Les Vérités soustraites, Le Côté sombre de la loge et L'Ombre de mon ennemi. Le premier est un roman policier classique dans lequel un commissaire de police au 36 quai des Orfèvres, véritable criminologue, est confronté à l'archaïsme de la police. Le deuxième est plus thriller psychologique, sur fond de meurtre et de corps enterré dans la forêt. Quant au troisième, il débute sur un accident domestique avant de se poursuivre en drame.
Henri Weigel pratique pour ses loisirs la randonnée et la voile. Il apprécie les voyages, la cuisine, voir un bon film... Et aussi visiter un site historique, découvrir un musée, apprendre du passé comme un véritable touche-à-tout intellectuel.

« La Trilogie de la Loge »
Dans Le Côté Sombre de la Loge, l’histoire faite de rebondissements et de suspens, relate l’évolution depuis une position de concierges d’immeuble parisien, d’un couple d’Auvergnats charismatiques et délicieusement opportunistes, dans le monde sans scrupule des affaires. Puis dans Les Héritiers de la Loge, ce sont leurs héritiers, neveu et nièce qui leur succèdent et multiplient leurs prouesses pour s’enrichir à l’excès. Enfin dans le dernier opus, Boomerang Meurtrier – La 3e Porte de la Loge, l’histoire repart à l’envers pour leur fille qui décide de revenir s’établir sur les terres de ses arrières grands-parents, dans la vallée de la Jordanne. Elle décidera de se laisser courtiser par le diable, lui ouvrira sa maison, l’assoira à sa table et l’accueillera dans son lit. L’ironie de l’histoire va apparaître vers la fin de cette odyssée étourdissante.

tril-mac_1.jpg

« Le réveil de Némésis »
Entre intrigue politique et stratégie de services secrets. Afin de récupérer le versement d’une importante rétro commission qui leur a échappé, des responsables politiques font appel à des agents de la DGSE pour qu’ils entreprennent une action en marge de leur hiérarchie. L’un d’eux a l’idée géniale d’aller réveiller Marc Barroux, le tueur au jeu de tarot (Le glaive de Némésis de Henri Weigel, Éditions CHUM), passé au travers des recherches de la police quelques années plus tôt et endormi dans un repère discret du bout du monde. Mais il y a des fauves qu’il ne vaut mieux pas aiguillonner…

 

41UOr-1NwdL._SX297_BO1,204,203,200_.jpg

« Le glaive de Némésis »
Quand Marc hérite de son oncle, il est en joie. Le patrimoine est conséquent, villa, entreprise, voitures... Mais rapidement, il est dépossédé de tout. Collusions, luttes d'influence, magouilles, faux et usages de faux.
Alors, il lève le glaive vengeur de Némésis pour l'abattre sur tous ceux qui ont participé à sa destruction.

couv_rev_nemesis.jpg

 « Les fruits amers »
1943, Abel est poursuivi pour meurtre. Il n'a pas seize ans et pour se cacher il s'engage dans la résistance. A la libération, orphelin, il entre à l'école militaire mais ses démons blonds sont toujours là. A son procès il rencontre Sabine pour le meilleur et pour le pire. le couple fuit à Chamonix, puis en Italie, puis en Algérie, puis...
Un thriller qui emporte le lecteur tellement le style est direct, incisif. C'est le ton qu'il fallait donner à cette cavale dont le point de départ est le sud de la France.

 

index.jpg

 

31jWY5KeWvL._AC_US218_.jpg

41X1vs0-QlL._SX313_BO1,204,203,200_.jpg

 

vendredi, septembre 22, 2017

Une dernière, pour le noter quelque part...

07.jpg

Salon en vue...

06.jpg

ATTIGNAT - Salon à J - 16

VESIN-CHERIF Aïcha

AchaCherif1.jpg

« Journal d’un sac à dos »
« Aïcha Vesin-Chérif peut simplement sortir de chez elle ou aller à l’autre bout du Monde, et découvrir à quelques pas de son agglomération ou à des milliers de kilomètres, sujet d’émerveillement… Un cygne sur une pièce d’eau ou des cèdres bibliquement millénaires du Liban… Un voyage en Inde ou une traditionnelle excursion savoyarde prennent sous sa plume l’éclat des pépites brutes ayant échappé aux tailles assassines des « diamantaires » des guides touristiques et des atlas de compagnie aussi redondants que surfaits…
Oui mais voilà, la plume est sûre, le talent de narratrice est au rendez-vous et l’auteure affirme comme confirme son authentique statut littéraire… Le « sac à dos » est autant sac à malices que besace à secrets et la lecture des pages suivantes est un plaisir constant d’évasion et de complice abandon à cette rêverie douce que Baudelaire évoquait en regardant simplement des nuages…
Laissons- nous guider par ces pages littérairement aguerries et par ces constants appels à suivre le zéphyr des pensées conjuguées et des partages des sensations comme des sentiments.
Un bien bel ouvrage que celui-ci. » (Jacques Bruyas)

lejardindelarose-bleuelivrecouv.jpg

« Impressions »
Du regard à la plume
Rechercher l’harmonie, l’inattendu ou l’éphémère.
Capter la lumière pour lui donner du rythme, ou fixer les images.
Laisser libre cours à son imaginaire devant ce que la nature nous offre, tant par l’image que par l’écrit, naviguant entre la photo, la poésie libre et instinctive écrite en première impression, et cette écriture ancestrale japonaise qu’est le tanka où j’aime cette alternance codifiée entre ce qui est observé et un retour sur soi.
Trois lectures, trois impressions, trois approches pour un regard posé sur la nature et ses merveilles.
Un recueil à feuilleter pour soi ou pour offrir.

le-jardin-de-la-rose-bleue-livre-impressions-couv.jpg

« Les contes de Minette »
Dans ce recueil, suivant la tradition des conteurs, vous voyagerez dans un monde magique où se mêleront le roi des djinns, la sorcière Mommotti, mais aussi les chevaux de la mer, l’ours des montagnes, Shéhérazade la potière, Tillio et les pêcheurs de corail, Myriam et une petite fille abandonnée.
Ces contes inspirés par les légendes des déserts et de la Sardaigne sont accessibles dès 4 ans.

 Couverture300.jpg

 

QUAZZOLA Louise

image - Copie.jpg

Louise Quazzola est une jeune auteure annécienne passionnée par le monde du livre. Diplômée du Master Professionnel Mutation du Monde du Livre de l’université d’Aix-Marseille, Louise fait ses premiers pas dans l’édition à Genève puis multiplie les expériences en librairienotamment chez Art Book etDecitreà Lyon. Lauréat d’un concours d’écriture pour le magazine Actives en 2012, elle devient pigiste pour le mensueldistribué sur les deux Savoie ainsi qu’en Suisse et traite de sujets variés de société.

« La Contemplative », son premier recueil de nouvelles, paraît aux éditions Bergame en avril 2015 et présente des récits divers, des histoires, des tranches de vies qui déploient et interrogent le sentiment de vivre : vivre seul, vivre en lien, vivre artiste. Ils s’attachent à créer une atmosphère, une poésie singulière de l’être, approchant les frontières troubles du réel et de l’imaginaire. Confronté à la création comme matière première de la vie, le lecteur est plongé dans cette contemplation de l’homme qu’est la littérature.

9782372860307.jpg

Ce recueil ouvre la voie au roman « Heroes » publié aux éditions Baudelaire en août 2017 dont voici le résumé :
« Nombreux sont les héros qui gravitent autour de nous tout au long de notre vie. Pour Nicole, il s’agit de chanteurs et d’artistes militant pour la paix et l’idée d’une certaine société. Lus, écoutés, fantasmés, elle les admire d’une manière peu commune, leur empruntant autant qu’elle leur donne. Ils font exister son opinion et sa sensibilité dans le milieu ouvrier de l’Angleterre seventies et l’affranchissent des codes et des règles. Passionnée, insatisfaite et révoltée, Nicole se veut avant tout une femme libre malgré les sentiments qu’elle éprouve pour Paul.
Ce roman qui commence à la mort de John Lennon a pour trame de fond un questionnement sur ce qui fait notre identité, comment les personnes que nous admirons influencent nos faits et gestes, en fonction de quoi se crée le parcours de vie de chacun. Spectateur de l’évolution des vies des personnages de ce livre, de leurs ambitions et de leurs parcours sur près de quarante ans, nous voyons comment la société dans laquelle nous vivons influence ou malmène ce en quoi nous croyons. »
Ce roman fait partie de la sélection coup de cœur de la rentrée littéraire de Decitre La Part-Dieu qui recevra l’auteure en dédicace à la fin de l’année.

 

couvL2263.jpg

 

BOUTALEB Mô

20264948_10155715928624171_7904582107401923605_n.jpg

Auteur engagé, sociétaire de la SACEM, né à Lyon, son combat à travers des mots d’amour et de reconnaissance de l’homme dénonce l’intolérance, le racisme et l’exclusion.

« Les rues si fragiles de mon cœur »
J'aime aimer et être aimé de tout mon cœur J'aime l'amour, j'aime ses manières et son odeur J'aime la vie, si elle vit en toute liberté. J'aime la nature, quand on agresse pas sa beauté J'aime mon prochain, mais mon prochain a bien changé J'aime les balades, mais dans la rue, tous sont armés Alors que faire, sinon écrire pour s'évader De ce monde noir, de ce monde triste, déboussolé De ce monde noir, qui tue l'artiste sans le payer Et qui se plaint, que ses enfants, ne savent pas lire Alors, il tourne, il se détourne, et cherche à fuir Mais il finit par revenir sur ses faux pas Car au destin, à son devoir, on échappe pas

..Les rues si fragiles de mon  coeur....JPG

bat_couv_taudis liberte_page_001.png

numerisation0004.jpg

 

 CARZON Olivier

612J-5xc7WL._SY600_.jpg

Oliver CARZON est né un vendredi 13 mai 1955 (un signe ?), à Lyon, d’un père Suisse architecte, passionné de lecture et d’aviation, et d’une mère française. Oliver va très vite s’intéresser à la lecture et à l’écriture. Son premier « roman » sera écrit durant ses cours de mathématiques alors qu’il n’a que 13 ans. Beaucoup d’autres histoires suivront ainsi qu’une quinzaine de films (aventure, guerre, policier) sonores en super 8, tournés avec ses amis d’enfance ; amis qu’il voit toujours (l’amitié c’est sacré). L’Université ne l’intéresse pas vraiment, car il préfère découvrir le monde et partir à l’aventure. Après l’armée, il devient routier pour les transports LECLERC, à Nancy, puis commercial aux transports CHAPUIS à Corbas, ensuite commercial chez TFE à Clermont-Ferrand, puis Paris. En 1987, il vole de ses propres ailes et fonde 2 sociétés d’import-export spécialisées dans l’agro-alimentaire en Martinique. Fort de son vécu, c’est aux Caraïbes qu’il ressentira l’impératif besoin d’écrire pour ses semblables afin de les alerter sur le (bon ?) fonctionnement de notre belle planète bleue. Oliver est convaincu que si l’homme veut réussir son futur, il ne pourra le faire qu’en étudiant sérieusement son passé le plus lointain. Désireux d’établir cette indispensable passerelle entre passé et futur, en 3 ans (1990/1993), il écrit une saga en 6 tomes « LE MYSTERE DES ORIGINES », sorte de Da Vinci code avant l’heure. En 1995, il s’installe définitivement en Haute-Savoie. Depuis 2007, il se consacre exclusivement à l’écriture de 4 collections bien distinctes et son succès ne se dément pas. Presse écrite, télévisée et radiophonique ne s’y sont d‘ailleurs pas trompées… tout comme les lecteurs.

mystere-origines-Tome-03.jpg

 mystere-origines-Tome-04.jpg

e40831c76c0d879785adf5f7287a78c2.jpg

impossible-survivant.jpg

la-disparue-du-mont-des-princes.jpg

le-mort-de-la-semine.jpg

 ROSAS Jessi

jessi-rosas.jpg

À l’image de son héroïne, Jessi Rosas est une working girl aux journées bien remplies, rythmées entre un travail prenant d’assistante de gestion et un métier de maman fait de petits bobos et gros chagrins, de fêtes d’anniversaire et autres activités trépidantes. Cette Parisienne dans l’âme, fraîchement débarquée en Lorraine, trouve enfin le temps de se consacrer à l’écriture et publie son premier ouvrage ; le roman d’une passionnée de lettres qui passe sa vie dans les chiffres

« Opération cat’s eyes »
Elena a une trentaine d’années. Jeune maman divorcée, elle jongle au quotidien entre ses enfants, son job, sa famille, ses amies, et sa quête du grand amour… D’ailleurs, elle convoite avec plus ou moins de discrétion Thomas, le directeur marketing sexy de la société pour laquelle elle travaille.
orsqu’elle apprend qu’elle est envoyée en déplacement professionnel avec ce dernier, folle de joie, et déterminée à lui mettre le grappin dessus, elle part au congrès remontée à bloc et coachée par Clarissa, son amie d’enfance. Hélas, rien ne se passe comme prévu…
e retour au bureau, son chef Olivier lui confie qu’il vient de découvrir certaines anomalies comptables dans l’entreprise. Toujours partante pour de nouvelles intrigues, Elena est entraînée dans son sillage.

 

9782849214121.jpg

 

Ed. LE PONT DU CHANGE

grigny2.jpg

Créées à Lyon en 2009, les éditions Le Pont du Change sont désormais établies en Bourgogne, près de Cluny. Elles publient de la littérature contemporaine en privilégiant toutes les formes de textes courts (poèmes, nouvelles, récits, chroniques…), au rythme de 2 ouvrages par an.
La maison d'édition compte également republier des textes un peu oubliés de notre patrimoine littéraire (Alphonse Allais, Léon Bloy...).
Pourquoi Le Pont du Change ?
Ce pont sur la Saône, démoli en 1976, reliait la place du Change à la presqu'île du centre de Lyon. Il a été le premier pont permanent de la ville et faisait partie de son patrimoine architectural.

pont.jpg

Jean-Jacques Nuel est né le 14 juillet 1951 à l’Hôtel-Dieu de Lyon et vit actuellement en Bourgogne, près de Cluny. Après avoir publié des recueils de poèmes, il se consacre à l’écriture de textes courts, d’aphorismes, de nouvelles et de récits. A publié notamment Courts métrages (Le Pont du Change, 2013), Le Mouton noir (Passage d’encres, 2014) et un roman Le Nom (A contrario, 2005).

« Billets d’absence »
Dans la veine de son précédent recueil Courts métrages, Jean-Jacques Nuel livre une mosaïque de textes courts et denses, mêlant l’humour, l’étrange, l’absurde et la poésie.

9791092038040.jpg

 

jeudi, septembre 21, 2017

Des nouvelles de l'affiche du Salon

Alors, au départ, ce fut une couverture d'un de mes bouquins:

Petites histoires sanguinolentes de nos campagnes.jpg

Mais voyons voir un peu comment elle est née...

_______________________________________________

 

Comment est née l'affiche du Salon ?

Une…
Une encore…
Et puis une autre…
Et ainsi de suite… Monotone… C’en est presque pénible…
Heureusement, pendant ce temps, il a le temps de gamberger… c’est l’avantage… Au temps qu’il fait, aux prochaines vacances… à l’inspecteur des impôts –pourquoi pas ?-, à ce qui pèse sur l’estomac…
Une…
Une merise de plus… qui passe entre ses doigts, lesquels l’écrasent sans remords pour expulser le noyau !
Une autre… même chemin… du panier de cueillette aux doigts qui la triturent, la martyrisent pour atteindre le petit machin dur qui finit au fond du premier saladier, alors que le second accueille la pulpe.
Une autre…
L’esprit s’évade, se fait des films, rêvasse, va par monts et par vaux, se fraie un chemin entre toute une foule d’idées plus ou moins sérieuses, ou bizarres, ou encore rigolotes, souriantes, et parfois horribles…
Il aime bien ce qui est horrible…
Une autre…
Et puis encore une…
Stop ! Soudain ! L’illumination… Son prochain bouquin a besoin d’une couverture… qui accroche ! Et pour présenter des Histoires Meurtrières des contrées bressanes, on ne peut pas mettre une image de petits oiseaux qui gazouillent dans les prés tandis que les blés blondissent au soleil… Ce ne serait pas sérieux et démontrerait que l’auteur fait n’importe quoi ! Non, il faut que l’emballage soit à la mesure du contenu. Un laitier renommé fabricant de camembert n’illustre pas sa boîte d’une gamine qui mord en souriant dans une tartine de confiture ! Ce serait contre productif, le bide total et absolu… Avec un zéro pointé en marketing de vente !
Non ! Il faut quelque chose qui attire le lecteur, qui lui donne envie de se plonger dans le livre…Histoires meurtrières… Histoires meurtrières… Qui dit meurtrières, dit que ça va peut-être, et sans doute, saigner… Un meurtre reste un meurtre, donc on a bien un meurtrier et une victime, un assassin et un assassiné, ou une assassinée… Normal, logique, quasi obligatoire… On ne commet pas un meurtre sans casser des œufs ! On ne commet pas un crime juste pour faire joli dans le paysage !
Une autre merise…
Et puis encore une…
Bon sang ! Cela en fait combien ? Beaucoup… Cela s’empile dans le saladier… Le jus dégouline sur les doigts… Rouge… Rouge… C’est…
Bon sang, mais c’est bien sûr !
L’idée jaillit, s’agrippe aux neurones du dénoyauteur… Etincelante… Aveuglante… Meurtre égale sang, sang induit la couleur rouge…
Et ça dégouline, le jus de merise comme le sang du meurtre… et ça s’étale, le rouge du fruit au fond su récipient comme la vie de la victime sur le tapis !
Une autre… Une autre…
L’idée germe, éclabousse la cervelle de notre bonhomme, la cervelle de notre écrivain !
Il arrête tout, brusquement. Ne jamais attendre que l’idée ait envie de s’enfuir, de se diluer, de s’envoler vers des cieux où d’autres pourraient la saisir au vol.
Il se lève, se rince les mains sur l’évier, sèche tout cela avec un torchon, et file à travers la maison. Jusqu’à son bureau, son antre, son joyeux bazar désorganisé. Il se saisit de son appareil photo.
Retour au pas de course sur le lieu du crime… pardon… sur la scène de dénoyautage.
Il s’assied, ouvre sa main devant d’objectif, à quelque soixante centimètres de son visage. Mise au point avec l’appareil, autofocus enclenché pour que cela soit net instantanément, sans être dans l’obligation de souiller la bague de netteté. Puis… direction le tiroir des couverts, prélèvement d’un long couteau à manche noir et lame brillante.
Retour à la case saladier, sans passer par la case départ et sans toucher le pactole !
Et une…
Et deux…
Et encore une autre… plusieurs à la suite.
Une brève plongée dans la pulpe du saladier récepteur, pour recouvrir la main de jus dégoulinant, de chair de merise vermillon. Le regard du connaisseur, de ceux que l’assassin pourrait jeter. Un hochement de tête. Tout est parfait.
Il se saisit du couteau. Bien en main, il le brandit avec un sourire carnassier.
De son autre main, la gauche, il prend l’appareil photo fermement. Pas évident pour un droitier… Pas le choix… Visée soignée… Clic et clac… Quelques clichés en rafales pour avoir diverses positions de cette main assassine. Cela doit être bon…

DSC_0018.JPG

Il repose l’appareil hors de portée des éventuelles giclée de jus de fruit.
Et une…
Et une autre…
La litanie reprend, bien qu’il piaffe de voir le résultat de sa prise de vue, du shooting comme on dit dans les milieux autorisés un peu snobs.
Et une…
Et… Et…
Génial, il n’y a plus de concurrentes dans le panier. Juste le temps d‘égoutter le jus mélangé aux noyaux orphelins. Tout mélanger avec une part de sucre un peu moins importante, et tout jeter dans la bassine à cuire. Il met tout cela sur la plaque de cuisson, lentement, sans bouillir ; La confiture, on la cuit doucement. Il faut expulser l’eau en trop pour qu’elle soit ferme et onctueuse quand même.
Passons, tel n’est pas le propos de développer ici une recette de confiture de merises.
Il met à feu doux et fonce vers son bureau, connecte l’appareil photo à l’ordinateur, visionne les clichés sanglants… Tous sont nets… Il choisit celui qui lui semble le meilleur, le plus apte à fournir une belle couverture.
Il le charge dans son logiciel de retouche…

DSC_0022.JPG


Et là, il s’abîme dans le travail long et fastidieux de correction de l’image. En Bresse, on dirait un boulot bezin ! Pixel après pixel, il détoure la main sanglante, ainsi que le couteau réduit à un filet de plus en plus mince. Un trait noir d’épaisseur variable enferme bientôt la photo...

DSC_0022-3.jpg

... avant de tout faire disparaître de l’arrière plan en utilisant l’outil « pinceau large » ! Pour obtenir en fin de compte un fond d’une noirceur à mettre du vague à l’âme au premier macchabée venu, ou au premier fantôme à s’aventurer dans les parages !
Un saut vite fait en direction de la cuisine pour vérifier la confiture qui embaume de plus en plus la maison, et retour sur la machine…

DSC_0022-2.JPG


Une bonne mise en page, quelques pavés de texte en gras et en rouge et le tour est joué.
Ou comment une main barbouillée de confiture de merises s’est transformée en main assassine capable de faire sa fête au premier individu venu…
Il est assez content de lui…
« Oui, cela fera une belle couverture et peut-être un jour… une belle affiche !

ATTIGNAT - SALON à J - 17....

Ce matin, Jacques Bruyas, initiateur et premier "père" de l'Inspecteur Bonnier, notre invité d'honneur masculin, a tiré le premier sur Facebook en annonçant les volumes sortant pour ce Salon (trois au total).

Alors, allons-y... Voyons un peu les auteurs qui ont sévi dans la case "Bonnier"... et qui seront là le 8 octobre.

 

Jacques Bruyas

 

Jacques Bruyas.jpg

Né le17 juillet 1950 à Lyon 4eme dans un milieu artistique (son grand-père Francisque Pomat est un des créateurs du salon Regain, peintre de l'école Lyonnaise reconnu et acquis dans de nombreux musées nationaux).Son père Jean Bruyas était professeur aux beaux-arts de Lyon et membre fondateur du Groupement des artistes du Beaujolais, de la République du gros Caillou avec Brouillard, Combet-Descombes, Niogret, Dulac, Dejean...).

Après un bac littéraire puis des études de lettres et d'histoire-géographie, Jacques Bruyas s'oriente vers l'enseignement...

Très engagé dans la vie culturelle Lyonnaise, il assume la responsabilité du secrétariat général de L'Association pour le rayonnement des livres Rhônalpins, et il est membre de plusieurs commissions municipales ou extra-municipales de la culture.

Membre de nombreuses confréries et d'Associations Lyonnaises du bien vivre et du bien manger, Jacques Bruyas est officier du mérite Lyonnais (ordre du clou), baron de L'Ile barbe, il fut pendant trois ans ministre de la culture de la république des Canuts (correspondant à la république de Montmartre à Paris), et est depuis dix ans secrétaire perpétuel de l'Academie de la Grande'côte et du Gros Caillou (pendant de la docte Académie du Gourguillon et des Pierres Plantées).

Jacques Bruyas est encore Président des Amis de Justin Godart (Ministre, sénateur, maire de Lyon), secrétaire géneral du Cercle Clémenceau et Président de l'Association Orient-Méditerranée.

Outre ses activités d'auteur, Jacques Bruyas s'est lancé en 2003 dans l'édition

 

Quelques livres parmi de nombreux autres.

Le dernier Bonnier, exclusivité "ATTIGNAT"

"Le Noir dans le Rouge"

21686101_10212896916085167_5497204767472620558_n.jpg

« Le Petit Prince est revenu » - Editions Préface - 1979 - 96 pages.

« Larochetard » - Préface de Georges Simenon - Editions du Fleuve - 1981 - 202 pages - réédité sous le titre de L'Homme aux bottes de glaise.

larochetard.GIF

« Prince d'Orient » - Editions Mot Passant - 2001 - 160 pages.

« La semaine du Kémo » - Editions Mot Passant - 2001.

- Edouard Hérriot - Biographie - Editions Horvath - 1985 - 220 pages.

edouard_herriot.GIF


- Histoire des hommes célèbres du Lyonnais - Editions Elie Bellier - tome 1 - 1985 - 240 pages - tome 2 - 1986 - 340 pages - Editions Rouville.

histoire_des_hommes_celebre_lyonnais.GIF

bon_sens_lyonnais.GIF

Alain Babanini

1907726.jpeg

École communale d'abord, puis à 10 ans, c'est au collège Neyret qu'il terminera sa scolarité avant d'entrer dans une école d'apprenti mécanicien à Saint-Mandrier dans la Marine Nationale, institution où il ne fera qu'un court séjour n'étant ni doué pour la mécanique ni pour la discipline militaire.
Devenu marinier, il naviguera sur le Rhône, la Saône et la Seine jusqu'à son mariage à 18 ans et son arrivée au Bois-d'Oingt dans la maison de ses beaux parents qu'il habite toujours. Devenu cantonnier à la DDE il adhère rapidement au PC, passe son bac à 25 ans avant de devenir en 1972 instituteur suppléant au CES Jean-Moulin de Vénissieux, puis par la suite remplaçant à Villié-Morgon jusqu'en 1979.
Après un stage d'an à l'École Normale de la Croix-Rousse pour une formation d'enseignant pour les enfants en difficultés, il terminera sa carrière à l'Institut Médico-Pédagogique de Theizé jusqu'à sa retraite à 59 ans, année où son envie d'écrire peut enfin se concrétiser, raison pour laquelle il commence à coucher sur le papier une enquête du commissaire Bastianini.

« Puisque ça ne suffit pas ! » est un polar de 300 pages édité par Édit Livre qui, intuition d'un auteur doué, parle du terrorisme djihadiste. Un flic de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) prendra ensuite la relève de Bastianini pour Le collecteur des quotidiens enquête sur un tueur des pentes de la Croix-Rousse. C'est l'obus qu'on n'entend pas qui tue sera aussi le titre d'un de ses romans, le 8 e, l'auteur étant entré de nouveau en écriture pour son 9 e ouvrage, une histoire politiquo-policière.

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_5252.jpg

« Nous n’irons plus au bois »
« Précédé par le gendarme, Bonnier arriva aux cadoles. Ces bâtiments montés en pierres sèches en encorbellement par les bergers pour se protéger des orages constituaient comme un enclos qu'ils délimitaient. Le corps avait été déposé dans une des cabanes, celle du clos au toit vaguement pyramidal, adornée d'une petite ouverture comme une fenêtre à côté du linteau de l'ouverture. Sanlaville, un des plus acharnés à promouvoir le tourisme dans cette région des Pierres dorées, avait été lapidé avec ses chères caillasses. De sa tronche ne subsistait qu'une bouillie. Un oeil, encore accroché par un filament, pendait sur ce qui avait été une joue mais n'était plus qu'une plaie béante à travers laquelle on distinguait les molaires et les canines du notaire, si fier de sa dentition qu'il souriait à tout bout de champ sans raison aucune. La Sécu perdait en lui un sacré bénéficiaire ! »
ACCROCHEZ-VOUS ! Dans cette septième enquête, l'inspecteur Bonnier s'attaque à une série de meurtres sanglants. À deux pas de Larochetard, près du village du Bois d'Oingt, les notables tombent comme des mouches...

Nous-n-irons-plus-au-bois.jpg

« La purée dans la mousseline »
Cette fois-ci, Bonnier se retrouve du côté de Tarrare. La mousseline, c’est d’abord un tissu de coton très fin, qui donne un effet vaporeux. Elle s’est répandue en France au XVIIIe siècle grâce à Georges-Antoine Simonet, originaire de Tarare. Et c’est à Tarare que la mousseline sera fabriquée pour la première fois industriellement. Elle fera la réputation de la ville. Mais ce jour-là, la mousseline sera en deuil, et Lucien Bonnier à la tâche pour découvrir l’assassin…

La-Puree-Dans-La-Mousseline.jpg

 

François Riche

14188377_10210508286445105_1898248603882019156_o.jpg

François Riche est journaliste auteur photographe. Il collabore principalement pour la presse régionale et nationale, dans les domaines de l’économie, de la culture et de la détente.
Formé aux métiers du livre, de la presse écrite et de la presse parlée, il a débuté au Progrès, à Lyon Matin, au Journal Rhône-Alpes , ainsi qu’à Métal Hurlant.
Co-fondateur de H2 Ondes, il en a dirigé l’info. Pour cette radio, il a par ailleurs produit et animé pendant plus de trois ans En Terre étrangère, une émission sur la bande dessinée, la science-fiction, le fantastique et le cinéma, avec chaque semaine l’interview en direct d’un auteur. En Terre étrangère prenant de l’importance et étant bien cotée auprès des auteurs et des éditeurs, elle rejoindra le Réseau de l’Aventure pour diffuser la première bande dessinée radiophonique : La loi et Claude Dallas du dessinateur Luc Cornillon avec, entre autres, au micro Philippe Manœuvre.
À Paris, il a intégré le service de presse des Humanoïdes Associés — maison d’édition fondée en 1974 par Moebius, Jean-Pierre Dionnet, Philippe Druillet et Bernard Farkas —, avant de devenir gérant du label rock indépendant Contorsion.
De retour à Lyon, il a lancé La Fondation David Turnspoon, une structure culturelle et artistique de conseils et d’aides aux jeunes talents, puis le Festival BD en Beaujolais qui a fêté son 20e anniversaire récemment.
Depuis, François Riche a été chef de rubrique pour une presse nationale grand public et une autre exclusivement professionnelle, consacrées à la piscine familiale, fort de son expertise dans ce domaine-là.
Aujourd’hui, il collabore en tant que pigiste pour plusieurs titres et à différents médias : print, Internet, Web TV, agence médias.
En tant qu’auteur-photographe, François publie chaque jour depuis trois ans, une de ses photos de « l’ordinaire pas ordinaire » sur son profil Facebook, lesquelles remportent un franc succès et ont fait l’objet de plusieurs expositions en salons artistiques et galeries.
François est également l’auteur de « Chasse à Lachassagne », quatrième enquête policière des aventures de l’Inspecteur Bonnier, personnage créé par Jacques Bruyas. Un nouvel opus sorti depuis peu : « Flash d’Anse à Villefranche ».

« Chasse à Lachassagne »
Une sordide affaire d’héritage nécessitant l’exhumation d’un cadavre dans les bois alentours… Opération menant à la découverte de plusieurs corps enterrés là très probablement à la Libération… Puis d’un charnier de squelettes d’enfants augurant d’une affaire sordide et mystérieuse…

image-accueil61.jpg

« Flash d’Anse à Villefranche »
Longtemps annoncé, longtemps retardé... Mais le voilà l'Jésus, bien joufflu sous sa couverture cartonnée. Ses auteurs, eux, sont loin d'être des ravis de la crèche. Plutôt des gâchettes de la plume qui se nomment Jacques Bruyas, François Riche et Thomas Ravier. Ensemble, ils cosignent "Flash d'Anse à Villefranche" qui marque (enfin) le retour des enquêtes de l'inspecteur Bonnier. "Un polar déjanté et historico-touristique, du Beaujolais à Pérouges, le plus dingue jamais écrit", avoue le créateur de la série Jacques Bruyas.

Bonnier-villefranche.jpg

 

Frank Ledlair

20664642_184726605400764_2728060198039168290_n.jpg

Mais qui se cache derrière ce pseudonyme de Franck Ledlair ? Un vrai écrivain, un poète authentique et un conteur en perpétuelle errance dans le monde des mots, des métaphores, des phrases bousculées, des personnages de papier plus vraisemblables que ceux de chair et des observations méticuleusement anecdotiques des travers de ses semblables.
Véritable entomologiste d'une microsociété des bistrots qui, à l'égal du "Bis Art", n'est pas sans rappeler un Albert Camus de "l'Endroit et l'Envers", philosophe du quotidien... Franck Ledlair est de ces aèdes qui avant de prendre leur envol jettent des miettes de pain aux avions, oiseaux mauves cloués au sol ou voués au vol selon le bon vouloir des hommes... Lewis Caroll n'est pas loin et le temps préoccupe plus l'environnement que l'homme en ces "chroniques de la vallée".
Bienvenue en absurdie, si semblable à notre ordinaire. Un vrai poète, je vous l'assure, vient de se dévêtir en ces pages et le strip-tease d'un coeur ou d'une âme vaut plus encore que l'exhibition d'un corps... (Jacques BRUYAS)

« Zone d’ombre »
Bonnier est dans un petit hôtel modeste, du haut de la rue Myrha,
sur les pentes de Montmartre. Il repose le bouquin de nouvelles qu’il vient de lire.
Quel sacré loustic ce Frank Ledlair pense-t-il en lui même ! Il
a bien retenu notre conversation du Café de Paris, place Kléber,
qu’il a fidèlement retranscrit dans sa dernière nouvelle Bonnier à Vichy.
Franck LEDLAIR est un nouvelliste de la trempe de ses grands aînés américains
et a le don indéniable de savoir décrire scènes comme personnages avec un
accent de vérité rare et une crudité et cruauté existentielles.
Sans se départir d’un flegme plus britannique que nature cet écrivain qui n’a
plus rien à démontrer assure par la présente publication de ses nouvelles un
clin d’oeil appuyé à l’inspecteur Bonnier, flic de fiction créé par son ami Jacques Bruyas.

Zones-D-Ombres.jpg

« Improbables chemins »
Frank Ledlair, poète, conteur, nouvelliste, auteur de polar, nous offre ici un véritable panel de son répertoire où les mots chantent, glissent sous les notes d’un violon pour un hymne à la nature, au voyage, ou encore dansent la samba dans les « chemins improbables », emportant notre âme vers la félicité. Ce « touche à tout » de l’écrit nous invite à l’évasion, fidèle à l’esthétisme des romantiques unis à l’art, en somme, des chemins très « baudelairiens ». Christelle Fraisse, illustratrice de ce recueil, rencontrée dans un petit village des Monts de la Madeleine, où mon fils rénove une maison familiale, m’a séduit par son enthousiasme, sa fraîcheur et sa générosité, parfaitement adaptés à la poésie. L’idée des croquis de Christelle illustrant mes textes fut une belle réussite. (F. Ledlair) La complicité si naturelle entre les 2 âmes, sans aucune directive, nous donne un résultat évident d’harmonie. Les mots cascadent et s’enroulent autour des croquis, comme emportés par les sens parfois exacerbés dans des « chemins non balisés » où les amours s’enlacent dans une chambre à l’heure de la sieste ou communient sous des cieux ensoleillés. Enfin, concernant l’illustrateur de la 1ère de couverture : Quel rapport entre Guy de Maupassant et Bernard Werber ? Entre « Le Horla » et « Les filles d’Eve » ? Eric Puech, un dessinateur aux multiples facettes. Créateur dont le crayon magique fait naître à l’envie des mondes imaginaires ou bien réels. Merci l’artiste pour ce paysage si irréellement réel qui ouvre ce recueil ...

image.html.jpg

 

Renaud Donzel

r-donzel.jpg

Renaud Donzel, a toujours aimé la lecture et écrire, puisqu’il prête sa plume à un hebdomadaire, rédige des articles pour des publications historiques, fréquente assidûment des milieux littéraires lyonnais et connaît de nombreux écrivains. C’est ainsi qu’il a rencontré Jacques Bruyas, qui a créé voici 35 ans, le personnage de l’inspecteur Bonnier. Évoquant le prochain Salon du livre qui se tiendra sous le signe du Polar, ils ont décidé de faire évoluer cet inspecteur dans la cité de Nantua, en 1974, théâtre de plusieurs crimes.
Vice-président de la Société des écrivains et du Livre lyonnais et rhônalpins (SELYRE), Renaud Donzel est également maire-adjoint aux Affaires culturelles de Nantua, créateur du Salon du livre et auteur de très nombreux articles et études sur sa ville natale et ses environs.

Après "Quenelle criminelle, ramequin assassin", mon peit doigt me dit que Renaud devrait récidiver !!!

« Quenelle criminelle, ramequin assassin »
Quenelle criminelle, ramequin assassin est un roman policier assez particulier, qu’on pourrait définir comme un « polar touristique ». Au gré d’une affaire criminelle impliquant quelques assassins sans scrupules, un faussaire de génie, un mouvement sectaire, un historien plus napoléonien que l’Empereur lui-même, une délicieuse avocate…

 

Quenelle-criminelle-Ramequin-assassin.jpg

Quenelle criminelle, ramequin assassin.jpg

Christian Bellegueulle

74.jpg

Auteur dramatique, poète, romancier… Christian Bellegueulle est aussi comédien et metteur en scène et signe avec le présent ouvrage sa première incursion dans le monde du polar.

Bonnier-Saou.jpg

 

LAWOUTAWI Florence Auror

21617980_1573506046038796_927042381240427799_n.jpg

« Me voici retour dans un nouveau registre ( POLAR)...L'un des premiers romans policiers togolais.
Bonnier est créé par Jacques Bruyas tout comme Sherloch Holmes de Doyle...Depuis sa création Bonnier n'enquête qu'en France...le voilà qui débarque en Afrique et il a choisi le Togo pour ses aventures sans pareille....

« Bonnier dans les rues de Lomé »
Jacques Tambigou, le maire socialiste de la ville de Lomé se préparait activement pour sa réélection. Il avait 62 ans et était un grand stratège de la politique. Mais en face, se dressait une dame. Une jeune de 34 ans. Elle était novice en politique mais incarnait l'émancipation de genre féminin. Elle était soutenue par les associations féminines, la jeunesse et son parti républicain. Alors que la ville s'attendait à un vrai duel entre David et Goliath, l'opposante fut assassinée au cours d'un braquage dans la plus grande banque de la ville alors qu'elle venait faire une transaction. Un assassinat politique? Ou elle était au mauvais endroit au mauvais moment? Elle avait plus de 42% des intentions de vote et il ne restait que 3mois avant le passage dans les urnes. Les marches de protestations se succédaient. Beaucoup demandaient la tête du maire sortant. Quarante-huit heures après ce crime odieux, la police traînait encore les pas. Pour trouver l'assassin, et les milliards qui avaient disparu, le maire fit appel aux services de Lucien Bonnier et son équipe. Une nouvelle aventure pour le Sherlock Holmes des temps modernes. Mais cette fois-ci, loin de sa ville natale (Lyon) et de la métropole. Une enquête au fin fond de l'Afrique...
Ce livre sera présent à la foire du livre d'Attignat dans l'Ain en France où il se confrontera aux meilleurs de la Métropole
il sera aussi disponible à la foire du livre de Lomé,à la foire de Ouagadougou et aussi au souffle de l'harmattan au Tchad ...

20882577_1550132321709502_154179503618244_n.jpg

 

FERRARIS Robert

24.JPG

autrement dit votre serviteur.
Alors, juste les photos des couvertures pour l'instant...*

Poulets_se  mettent_table_couv_150x210mm-1.jpg

Sac-d-embrouilles-a-maurice_couv_150x210mm.jpg

 

 

 

ATTIGNAT - SALON à J - 17....

PUB... PUB... PUB...

Le Salon est en page 31...
La page 28 n'est pas mal non plus... Mais c'est l'épisode 2...

Télé Zapping n°234 Bourg en Bresse

mercredi, septembre 20, 2017

Attignat - J - 18 avant le Salon

GARDAZ Kriss

AVT_Kriss-F-Gardaz_1229.jpg

Née en Touraine, Kriss F Gardaz réside maintenant en Bourgogne. Elle est l'auteure d'une trilogie fantastique et d'un roman policier.
"Les voyageurs des miroirs", d'abord auto-édité, puis publié aux éditions du Préau a obtenu le prix Plume d'or jeunesse 2014.
"Dans le silence des oiseaux", première enquête d'Elliot Stiff, est paru en juin 2017 aux éditions de l'Astre bleu et a été sélectionné pour le prix du polar des lecteurs de la librairie les Arcades.
Page Facebook : https://www.facebook.com/Kriss.F.Gardaz.auteure/
Site web : http://kriss.f.gardaz.over-blog.com/

« Dans le silence des oiseaux »
Le corps d une femme a été découvert accroché au grillage d'une station d’épuration. L'inspecteur Elliot Stiff arrive de Dijon avec le fantôme de sa fille, un harmonica silencieux et sa ténacité. Il n'a qu'un seul indice pour commencer : un origami et l'inscription : « dans le silence des oiseaux, son cri s est tu... »

51MPEXJXm0L._SX195_.jpg

« Les enfants des géants »
Grâce aux miroirs de sorcières, la vie de Rose et Andy Jersey dépassait en intensité celles qu'auraient pu offrir leur imagination. Nouvellement installés à Korrigans, ils avaient regardé pousser leur nouvelle maison avec émerveillement! Mais les jours heureux n'allaient pas durer. Mort et disparition rôdaient trop près d'eux.
Peut-on revenir du monde des âmes? Rose, Andy et leur ami-fée Ochrotomys s'apprêtent à partir pour la plus dangereuse des quêtes... De retour de leurs aventures relatées dans les Chats d'Argent, les Voyageurs des Miroirs nous entraînent dans une ultime traversée de mondes.

bm_115519_aj_m_9675.jpg

« Les chats d’argent »
Pour Rose et Andy Jersey, les vacances signifiaient le retour au manoir de leur grand-mère... et le début d'une nouvelle aventure ! Bientôt ils repasseraient à travers un miroir de sorcières. Ils avaient tellement hâte de rejoindre la Terre de leur ami Ochrotomys. Mais, dans un monde moyenâgeux, un Diable Bossu guettait. Il s'apprêtait à confier une mission d'extrême importance à un chat d'argent...Rose et Andy réussiront-ils à déjouer les desseins du sombre seigneur ? Sauveront-ils ceux qu'ils aiment ? Après le succès du premier tome, accompagnez les Voyageurs des Miroirs vers d'autres univers parallèles !

cvt_Les-Chats-dArgent_2135.jpeg

Attignat - J - 18 avant le Salon

LEPETIT Sébastier

-signe- Sebastien Leptit.jpg

Ne retirant son chapeau que pour dormir, ou presque, Sébastien Lepetit prétend que c’est à la chaleur du feutre qu’il doit l’inspiration de ses romans. D’autres affirment au contraire que le port de son couvre-chef est un acte militant pour la défense de l’accent circonflexe, le chapeau de la lettre, gravement menacé par la simplification de l’orthographe.
Amoureux des mots en tous sens, du point-virgule qu’il aimerait remettre à la page, et du subjuguant imparfait du subjonctif, il aime les polars et la littérature du XIXe siècle, l’histoire et le vin jaune, la peinture et les promenades en montagne… Et il aime marier ces univers improbables dans ses romans.
Breton, Charentais et Franc-Comtois, il rêve d’un endroit idéal où l’océan côtoierait les reculées Jurassiennes et les vignobles charentais.
En attendant, il déguste de temps à autre une crêpe aux morilles, arrosée d’un pineau.
Mais ça, c’est une autre histoire…

- L’ORIGINE DU CRIME Deux enterrements à Ornans
(Éd. Flamant Noir – 2016)

L-Origine du Crime - Sebastien Lepetit.jpg

- MERDE À VAUBAN
(Éd. Les nouveaux auteurs – 2013)
Coup de coeur des lecteurs
*Prix VSD du polar 2013*
- LA KORRANDINE DE TEVELUNE

(Éd. Hélène Jacob - 2012 – réédité en 2014)
- BARNABÉ
(Éd. Hélène Jacob - 2012 - réédité en 2014